Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

L'Italie, l'autre pays du cinéma X

Posté par Jean François Frontera le 2 septembre 2020
On l'oublie parfois, mais l'Italie a été l'une des nations phares de la pornographie mondiale : gros exportateur de films pour adultes pendant les années 80/90, le cinéma X transalpin a aussi su donner à l'humanité des pornstars tout à fait légendaires. Petit tour d'horizon des visages qui comptent (et ont compté) au pays de Rocco.
Un peu d'histoire

Ce qu'il faut tout d'abord retenir, c'est que dans le registre pornographique, l'Italie a eu un retard à l'allumage. Pendant que la France, l'Allemagne, la Scandinavie et (un peu plus loin) les USA découvrent progressivement les joies du porno en salle obscure au début des années 70 (voir notre article ici), il faut attendre l'année 1977 pour que soit produit en Italie le premier film de fesses hardcore : Sesso nero du réalisateur Joe D'Amato (qui ne sortira d'ailleurs qu'en 1980). Ce retard s'explique essentiellement par l'énorme pression morale exercée par l'Église catholique. Une brèche est cependant ouverte, la pornographie s'y engouffre goulûment et régénère même un cinéma italien en crise économique suite à sa ringardisation (perte de vitesse du western-spaghetti, etc...). Nouveau filon très juteux, cette industrie embaucha à l'époque plus de 10 000 personnes, et le nombre de salle spécialisées passa de 50 à 125 000 dans les années 80. Mieux, le X devient par la suite un véritable phénomène de société, une arme politique pour décoincer une société engoncée dans des carcans religieux. Ce processus est poursuivi par un certain Riccardo Schicchi – véritable pape du genre – qui fonde en 1983 la maison de production Diva Futura, et fait de la pornographie un produit de consommation courante. Il lance alors la Cicciolina, symbole du télescopage entre porno et politique (elle est élue députée en 1987), qui deviendra son épouse. Sortiront de cette écurie également : Moana Pozzi, Milly d'Abraccio, Maurizia Paradiso et surtout, l'incomparable Rocco Siffredi. Le porno italien est alors à son apogée, inonde les marchés européens de ses VHS et pèse plus d'un demi milliard de dollars. C'est à la fin des années 90 que celui-ci enclenche un long et lent déclin. Le coup de grâce est donné par l'avènement des tubes, et surtout, par le décès de Riccardo Schicchi en 2012 dont l'industrie ne se relèvera jamais. Aujourd'hui, il n'existe plus vraiment de gros studios dignes de ce nom dans le pays, mais le génie pornographique transalpin est encore là, incarné par des performeurs/ses partis exercer leurs talents à l'étranger (surtout aux USA). Et tous et toutes, à leur échelle, sont les héritiers d'une culture pornographique qui participa, l'air de rien, a changé la mentalité italienne en profondeur.

La Cicciolina, l'over bimbo

Impossible de parler de pornographie italienne sans faire référence à Ilona Staler, la première grande pornstar du pays. Italienne d'adoption (elle est née en 1951 à Budpaest), celle qui fut surnommée la « Cicciolina » (signifiant chérie-chérie) tourna dans dans une cinquantaine de films. Maintes fois condamnées pour ses provocations, son objectif politique était de libérer l'Italie de sa bigoterie, elle sera même élue députée en 1987 tout en continuant sa carrière dans le porno. Elle fut également la muse de l'artiste Jeff Koons.

Film remarquable : Dolce Vita Cicciolina (1987)

Moana Pozzi, l'élégance à l'italienne

Peut-être moins connue la Cicciolina (elles étaient d'ailleurs très copines) à l'internationale, la belle Moana Pozzi a été l'une des très grandes stars de la pornographie italienne du début des années 90. On retrouve chez elle également une liberté d'esprit et un goût pour la provoc' lorsqu'elle déclare que « la vraie perversion, c'est la routine abrutissante d’un travail répétitif, et non le porno ». En 1992, elle crée avec la Cicciolina le « Parti de l'amour » et milite pour la légalisation des bordels, une meilleure éducation sexuelle et la création de « love parks ». Elle décèdera malheureusement deux années plus tard, à l'âge de 33 ans. Son sex-appeal, sa sophistication, son intelligence et sa tolérance ont durablement marqué la mémoire des Italiens.

Film remarquable : The Naked Goddess (1992)

Rocco Siffredi, 240 millimètres de talent

« Bébé Rocco dans son berceau, bandait déjà comme taureau » chantait Valérie Lemercier en vannant l'acteur italien sur le plateau d'On ne peut pas plaire à tout le monde, l'émission de Marc-Olivier Fogiel. On a beau se moquer de lui, le monument Rocco Siffredi est indétrônable, et donne l'impression d'exister depuis que le porno existe. Avec plus de 700 films a son actif, l'étalon italien aux 24 centimètres légendaires a raflé toutes les récompenses pornographiques possibles. Âgé de 54 ans, il continue de travailler devant et derrière la caméra.

Film remarquable : L'excellent documentaire qui retrace sa biographie, Rocco (2016)

Valentina Nappi, la grande héritière

Valentina ne se destinait pas forcément à la pornographie mais elle a été assez vite encouragée par Rocco Siffredi à embrasser cette carrière, ce dernier décelant chez elle un énorme talent. L'acteur ne s'est pas trompé puisqu'à 29 ans, la native de Scafati est devenue l'une des plus grandes stars du porno international. Suivie par près de 2 millions de followers sur Instagram, cette beauté brune assume complètement et pour notre plus grand plaisir ses formes généreuses et naturelles. Détail qui a son importance : diplômée des Beaux-Arts, elle cultive son côté intello en donnant des conf Ted X sur « le porno et l'espace commun ». Une manière de poursuivre la tradition libertaire et politique du porno italien.

Film remarquable : Valentina rend tous les films dans lesquels elle joue remarquables.

Stella Cox, la cool attitude

Si en 2017, le prix Xbiz award de la performeuse étrangère de l'année fut remis à Valentina Nappi, celui de 2017 fut décerné à une autre italienne : Stella Cox. Née la même année que Valentina (1990), Stella a su imposer son style souriant et détendue au fil de ses presque 350 films. Sa bonne humeur et son physique pulpeux en a fait une chouchoute des pornhubers.

Film remarquable : Stella Cox, Intimate Fantasies (2016)

Rebecca Volpetti, l'avenir ?

Enfin, seulement âgée de 22 ans, la fine et jolie Rebecca Volpetti pourrait représenter l'avenir de la pornographie italienne. Avec son côté très « girl next door » et son talent pour les fellations et le sexe anal, elle est déjà une professionnelle respectée dans le milieu.

Film remarquable : Rebecca l'indécente (2019)

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos du Journal du Hard sont disponibles sur myCANAL

Suivez Le Journal du Hard sur :

Facebook

Twitter