Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

On vous présente Ibicella, dominatrice autant vicelarde que sexy !

Posté par Jean François Frontera le 21 novembre 2020
Si vous fantasmez sur les maîtresses sadiques et êtes adeptes de jeux pervers, la belle Ibicella saura malmener le soumis qui sommeille en vous à grands coups de trique. Nous avons revêtu notre plus belle tenue en latex pour connaître un peu mieux cette pionnière des vidéos « femdom » en France.

Ibicella, explique-nous comment tu es venue à la pornographie ?

Ça fait à peu près une dizaine d'années que je suis en couple avec un homme qui est fétichiste des pieds et soumis. On est vraiment complémentaires dans nos fantasmes. C'est en jetant un œil dans sa pornothèque que j'ai vu qu'il avait plein de vidéos fétichistes, de femdom, etc... et je me suis dit qu'il n'y avait pas ce genre de contenu en français. On était en 2013. Les « queens » du femdom étaient exclusivement américaines. J'ai adoré le concept, je me suis reconnue en elles et je me suis lancée.

D'ailleurs, d'où tires-tu ton nom de scène ?

En fait, Ibicella, c'est le nom d'une fleur carnivore. C'est un petit surnom qui m'a donné mon compagnon. Du coup, je me suis construit tout un univers autour de cette fleur-là.

Quelles sont les plateformes où tu bosses ?

Je diffuse mes vidéos sur iWantClips et Clips4sale (sites spécialisés dans le fétichisme, ndlr) mais globalement, mes fans vont surtout sur mon site web (Ibicella.fr, ndlr). J'en publie globalement 5 par semaine et j'ai aussi quelques commandes de vidéos personnalisées.

Ton petit secret pour faire monter la pression devant la caméra ?

Mes jeux de regards. Je pense que c'est mon point fort parce que j'ai un visage très expressif. Pour ce genre de vidéos un peu psychologiques, c'est un atout important.

Tu as un petit côté pervers qui n'est pas pour nous déplaire. C'est travaillé ou tu es comme ça au naturel ?

Je ne fais pas semblant d'être « Ibicella ». Elle existait avant que je sois sur Internet. J'accentue juste quelques traits de ma personnalité. Je suis plutôt sadique, très joueuse et un petit peu diva sur les bords (rires).

Sur pas mal de tes vidéos, tu t'amuses à « ruiner des orgasmes. Ça consiste en quoi concrètement ?

C'est quand tu sens que tu éjacules, mais que tu n'as pas la satisfaction de la jouissance. Personnellement, je connais plein de façons de ruiner les orgasmes des hommes. C'est une pratique que j'adore, j'aime bien les jeux de frustration. La manière la plus simple de faire ça, c'est d'arrêter de masturber un homme juste avant qu'il vienne.

 

Il y a un fétichisme que tu préfères ?

Je suis multi-fétichiste. Sinon, je suis vraiment très réceptive à l'ASMR. Et en tant que vidéaste, j'apprécie particulièrement le latex. Je trouve que ça rend très très bien à l'image.

La partie de ton corps la plus sexy ?

Je vais rester sur mon visage, je le trouve très expressif. J'aime bien ma bouche. J'ai un nez que j'ai toujours détesté mais depuis que je fais des vidéos, j'ai appris à l'apprécier parce que beaucoup de fans m'ont dit qu'ils l'adoraient.

Le mot qui te fait le plus mouiller ?

J'aime quand un soumis répond à mes ordres en me disant « C'est fait ! ». Il n'y a rien de plus excitant qu'un homme qui prévoit mes désirs. C'est valable au lit comme au quotidien.

Une collaboration avec une autre performeuse où tu t'es particulièrement éclatée ?

Il y en a une que je retiens, c'est avec JulyNovember. On a fait une vidéo vraiment cool où l'on a oublié la caméra, c'était une vidéo de pegging lesbien. Je l'ai prise au gode-ceinture et j'ai pris un pied monstre.

Ton mot de la fin ?

J'aimerais remercier mes fans qui me suivent depuis longtemps. Vous êtes ma source de motivation au quotidien !

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos du Journal du Hard sont disponibles sur myCANAL

Suivez Le Journal du Hard sur :

Facebook

Twitter