Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Avec Falcon et le Soldat de l'Hiver, Marvel a enfin regardé le racisme en face

Posté par Alexis Lebrun le 27 avril 2021
En seulement six épisodes, la deuxième série Marvel Studios de Disney+ a réussi à aborder sérieusement une question plus que jamais d’actualité : le racisme systématique qui continue de gangréner les Etats-Unis. Mais comme WandaVision, Falcon et le Soldat de l'Hiver ouvre aussi beaucoup de nouvelles pistes pour l’avenir du Marvel Cinematic Universe, avec un nouveau Captain America en tête d’affiche. Et ce n’est pas n’importe qui. Attention, bilan garanti 100% avec spoilers.
Steve Rogers a son successeur

Cela ne faisait presque aucun doute au lancement de la série : Sam Wilson, alias Falcon, était programmé pour devenir le nouveau Captain America après la retraite de Steve Rogers et le départ de l'acteur Chris Evans du MCU à la fin d’Avengers: Endgame (2019). Et la question n’était pas tant de savoir quand cette passation allait arriver – soit à la fin de la série bien sûr – mais comment. Dans les premiers épisodes, Sam considère le célèbre bouclier en adamantium de Steve Rogers comme un fardeau trop lourd à porter, et il ne se sent pas légitime pour endosser le costume de Captain America et les responsabilités qui vont avec.

En Bon Samaritain, il confie le bouclier au gouvernement américain pour qu’il soit exposé dans un musée, mais il est évidemment cocu : c’est l’affreux John Walker qui récupère le précieux sésame et devient dans un premier temps le nouveau Captain America. Mais avec son visage anguleux et son regard carnassier qui respirent davantage la violence et la suffisance que l’intelligence, on comprend tout de suite que cet ancien militaire n’a pas les épaules pour succéder à Steve Rogers.

Mais il présente un avantage de taille pour l’Amérique qui recherche la nouvelle incarnation super-héroïque de ses valeurs patriotiques : il est blanc. Sam Wilson en a parfaitement conscience, lui qui sait que son plus gros obstacle pour devenir Captain America est la symbolique du bouclier, et ce que représentent les couleurs de la bannière étoilée pour un super-héros noir. Il apprend dans la série l’existence d’Isaiah Bradley, un super-soldat afro-américain qui lui révèle qu’il a été emprisonné et victime d’expériences de la part de son propre pays pendant plusieurs décennies, avant d’être effacé des livres d’histoire par le gouvernement américain.

Grâce à son formidable interprète (Carl Lumbly), c’est à lui que l’on doit les meilleures scènes de la série, de puissants dialogues où il explique à Sam qu’un homme noir ne sera jamais accepté dans la peau de Captain America, et qu’il ne devrait de toute façon surtout pas vouloir enfiler ce costume compte tenu de ce que les noirs ont subi et continuent de subir aux Etats-Unis. Et même si Falcon finit évidemment par aller contre son conseil et devenir officiellement le nouveau Captain America, il sait à quel point cela va être difficile à accepter pour les sceptiques des deux bords. Une chose est sûre, le fait que la question du racisme systémique soit au centre des enjeux de la série, et la façon dont ce problème a été abordé sont incontestablement les plus grandes réussites de Falcon et le Soldat de l'Hiver.

Bucky Barnes For President

Même si la série a beaucoup tourné autour de l’héritage de Steve Rogers, elle a aussi apporté une révélation : Bucky Barnes mérite mieux qu’une place de second couteau chez les Avengers. Limité à un rôle très monodimensionnel dans les films Captain America (la machine à tuer taiseuse), le personnage a pris une nouvelle dimension grâce à ces six épisodes. L’acteur Sebastian Stan y est pour beaucoup, en insufflant à Barnes un mélange de décontraction apparente et de souffrance intérieure qui fait mouche. Traumatisé par son passé de meurtrier quand il était le Soldat de l’Hiver, Bucky est hanté par le souvenir de ses nombreuses victimes, et la série fait un réel effort pour lui offrir des scènes d’introspection plus que bienvenues.

Il n’a jamais été réduit non plus au rôle de sidekick de Sam Wilson, et il a aussi largement contribué au bon fonctionnement du duo, dont la dynamique comique héritée des buddy movies était au cœur de la série. Toujours sur une note plus légère, difficile aussi de ne pas avouer que son look dans la série le catapulte directement en tête du classement des beaux gosses du MCU. Quand on sait d’où il part depuis sa transformation hideuse en Soldat de l’Hiver dans le deuxième film Captain America (2014), on ne peut qu’être subjugué par ce nouveau look pour une nouvelle vie.

La déception Sharon Carter

Si le traitement du duo principal de la série a globalement donné satisfaction, on ne peut pas forcément en dire autant des personnages secondaires. Introduite dans un troisième épisode très chargé en action, la nièce de Peggy Carter a fait son retour très attendu dans le MCU après plusieurs années d’absence. On apprend certes qu’elle vit en exil forcé depuis les embrouilles de Captain America: Civil War (2016), mais le développement de son rôle a déçu la majorité des fans. Cela avait pourtant bien commencé : elle a débarqué dans le décor très cyberpunk de Mandripoor en bottant des fesses au corps à corps dans une scène de combat intense et digne de Buffy.

Mais elle disparaît ensuite, avant de réapparaître en méchante à la fin de la série, avec un twist assez improbable et bien mal amené, révélant qu’elle est le terrible Power Broker mentionné pendant plusieurs épisodes. Sauf que nos deux héros ne le savent pas, et le pompon est atteint dans la scène post-générique du dernier épisode, où elle est graciée par le gouvernement américain et même invitée à retrouver un poste important à la CIA… Qu’elle compte utiliser pour vendre des informations classées secrètes. Autant le dire tout de suite, ce retournement de situation n’a pas beaucoup de sens dans la mesure où son personnage a toujours été le bien incarné. Et connaissant Marvel, on l’imagine mal se transformer en nouvelle super-vilaine du MCU, à tel point que tout le monde ou presque imagine des théories qui partent du principe qu’il s’agit d’une fausse piste.

L’avenir de John Walker est tout aussi incertain : après avoir connu une carrière aussi brève que calamiteuse dans la peau de Captain America et être devenu un dangereux super-soldat, il est récupéré par la très pince-sans-rire Comtesse Valentina Allegra de Fontaine (géniale Julia Louis-Dreyfus), personnage de Marvel qui fait sa première apparition dans le MCU, et qui lui offre un nouveau costume lui aussi connu des amateurs de comics, celui du U.S. Agent. Comme Sharon et Valentina, on devrait bien sûr le retrouver dans de futurs projets de Marvel Studios. On espère qu’il en sera de même pour le Baron Helmut Zemo, dont l’acteur Daniel Brühl a fait l’un des meilleurs personnages de la série. C’est simple : il a volé la vedette dans toutes les scènes où il apparaissait (que dire de sa danse de l'épisode 3 !). Il finit en prison dans le dernier épisode, mais il parvient quand même à faire assassiner à distance les derniers super-soldats (les derniers Flasg Smashers) qu’il déteste tant. On a donc du mal à croire qu’un antagoniste aussi intelligent et retors puisse rester derrière les barreaux bien longtemps.

Et puisque l’on parle des Flag Smashers, leur leader Karli Morgenthau (Erin Kellyman) a aussi été tuée dans le final de la série, et on serait bien en peine de trouver des spectateurs pour regretter ce groupe antagoniste qui n’a jamais représenté un enjeu dramatique palpitant. Incontestablement, si Falcon et le Soldat de l'Hiver a contribué à l’édifice du MCU, c’est surtout en abordant frontalement et pour la première fois un sujet essentiel et jusque-là soigneusement évité. Au vu du succès rencontré par la série, notre petit doigt nous dit que ce ne devrait pas être la dernière fois que cela arrive. Un quatrième film Captain America a d’ailleurs été annoncé dans la foulée de la série, et son scénario sera d’ailleurs signé par le créateur et showrunner de Falcon et le Soldat de l’Hiver : Malcolm Spellman. Les héros ne meurent décidément jamais.

Falcon et le Soldat de l'Hiver épisodes 1 à 6 sur Disney+, disponible avec CANAL+.