Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Comment H a bouleversé l’humour en France

Posté par Alexis Lebrun le 29 juin 2020
Si la série médicale a aujourd’hui peu de descendantes directes, elle a mis un grand coup de pied dans la fourmilière de l’humour hexagonal lors de son arrivée en 1998. Voici donc les deux ingrédients principaux du style inimitable de H.
La série reine de l’improvisation

Si H bénéficiait évidemment d’épisodes plutôt bien écrits, toutes les personnes ayant travaillé sur la série racontent à quel point le tournage laissait la place à l’improvisation du casting. Il faut dire qu’avec des talents comme Jamel, Eric et Ramzy, il aurait été parfaitement aberrant de ne pas exploiter leur capacité à partir très loin du texte pour créer des situations aussi drôles qu’imprévues.

Et comme H était tournée en public, ce dernier poussait le trio à se dépasser dans une ambiance visiblement surchauffée digne d’un show en direct. Cela n’a l’air de rien aujourd’hui, mais à l’époque, le théâtre d’improvisation popularisé en France par Jamel n’était pas du tout aussi connu chez nous, puisqu’il est né aux Etats-Unis dans les années 1970. Depuis, le Jamel Comedy Club est passé par là et a profondément modifié le paysage de l’humour made in France.

Le goût pour l’absurde et le malaise

Si les débuts de la série sont à peu près vraisemblables, H s’est tout de suite distinguée pour son humour volontairement stupide et surréaliste. Et plus la série avançait, moins elle avait de sens, et ce pour notre plus grand bonheur. Elle s’est d’ailleurs terminée dans un véritable festival de grand n’importe quoi, une sorte d’apothéose d'humour absurde. On parle quand même d’un personnage (Clara Saulnier) qui a accouché d’un chien à la télévision, et d’un chirurgien (Maximilien Strauss) dont on apprend qu’il est nul autre que le fils d’Hitler.

Si cet humour connaîtra un grand succès (éphémère) avec le prolongement naturel de H au cinéma dans La Tour Montparnasse infernale, c’est le cinéaste Quentin Dupieux qui en est sans doute le meilleur représentant à l’heure actuelle. Il a d’ailleurs collaboré avec Eric et Ramzy en 2007 pour Steak, film culte par excellence et référence de l’humour absurde, qui influencera l’année suivante leur film Seuls Two. Eric Judor retrouvera Dupieux pour Wrong en 2012 puis Wrong Cops en 2014, deux nouveaux monuments de non-sens. Et depuis, Eric Judor a bien sûr créé Platane, une série que l’on peut seulement considérer comme une lointaine héritière de H car ses références sont multiples et très anglo-saxonnes.

L’intégrale de la série H arrive sur COMEDIE+ tous les jours à partir du 27 juillet à 19h !