Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

David Makes Man : tout ce qu’il faut savoir sur la série

Posté par Sarra Khemiri le 7 juin 2021
Créée par le scénariste de Moonlight, Tarell Alvin McCraney, David Makes Man propose un parcours initiatique plein d’émotions sur l’adolescence. Dix épisodes à la sensibilité singulière et à l’esthétique léchée à découvrir à partir du 4 juin sur Série Club, disponible avec CANAL+.

A l’image du film Moonlight, récompensé aux Oscars en 2017, David Makes Man suit l’évolution d’un garçon de 14 ans, tiraillé entre ses désirs, ses origines et son avenir. Toujours dans la même volonté d’explorer la quête d’identité et ses défis, Tarell Alvin McCraney dresse ainsi le portrait émouvant d’un jeune homme plein de promesses, qui doit également composer avec la vie de la rue.

 

Un prodige né de la cité

Issu d’un milieu défavorisé, David Young (Akili McDowell) voit depuis son enfance sa mère (Alana Arenas) cumuler plusieurs boulots pour parvenir à maintenir la famille à flots. Élève studieux doté de grandes qualités, l’adolescent incarne alors un nouvel espoir de sortir de la misère et d’atteindre des sommets de réussite jusqu’ici inenvisageables. Pourtant, malgré ce potentiel unique, le jeune homme ne sait pas vraiment quelle direction prendre, quel chemin choisir. D’un côté, un futur couronné de succès s’offre à lui, de l’autre ses racines l’appellent. Des racines afro-américaines, des racines de la rue, de la cité, de la Floride marginalisée. Deux mondes bien différents, qui résonnent néanmoins en lui de la même manière.

La perte récente de son meilleur ami n’a fait que renforcer sa confusion. Frappé par ce deuil brutal, il s’interroge d’autant plus sur le sens de l’existence et parle alors avec son mentor, Sky (Isaiah Johnson), lui aussi disparu depuis longtemps.

 

Une photographie riche et créative

Soucieux d’offrir un visuel envoûtant pour correspondre parfaitement au ton onirique de la série, les créateurs de David Makes Man ont choisi de proposer une esthétique sensible et raffinée. Gros plans, couleurs douces, jeux d’ombres et de lumière, l’émotion passe aussi et surtout par cette image sublimée, au service des acteurs et de leur performance. Un travail soigné et profondément délicat, qui rappelle toute la poésie du long-métrage de Barry Jenkins, adapté de la pièce de théâtre In Moonlight Black Boys Look Blue de Tarell Alvin McCraney. De quoi offrir un écrin de beauté à ce message bouleversant sur la compréhension de soi et de ses désirs.

Découvrez David Makes Man à partir du 4 juin sur Série Club, disponible avec CANAL+.