His Dark Materials (OCS) : les plus grosses différences avec le livre

Posté par La rédaction de CANAL+ le 26 Novembre 2019
Adaptation de la saga de Philip Pullman, la série diffusée sur OCS et disponible avec CANAL+ , His Dark Materials, est-elle 100% fidèles aux écrits qui l’ont vu naître ? Réponse.

His Dark Materials (OCS) est une des séries événements de cette fin d'année. Adapatation de la saga de Philip Pullman, la série suit les aventures de la jeune Lyra qui vit dans un monde où chaque humain est accompagné par une petite créature protéiforme appelée Daemon, liée à l'âme de son humain. Alors que son meilleur ami disparait, l'intrépide Lyra part sur ses traces dans les Royaumes du Nord et elle va découvrir bien des secrets aux côtés de Lord Asriel, son oncle en apparence. Comme toutes les adaptations, His Dark Materials diffère quelque peu des livres. Explications.

La prophétie

Les premières images que le téléspectateur découvre, expliquent en quelques phrases le monde d’His Dark Materials. Le phénomène des Daemons est expliqué, ainsi que leur lien avec les humains, mais on découvre également l’existence d’une prophétie qui parle très clairement de Lyra, posant ainsi un cadre bien précis à la série. Les lecteurs de la saga, eux, n’ont pas eu cette chance et, ils découvrent que Lyra est une enfant exceptionnelle et qu’elle est concernée par la fameuse prophétie au fur et à mesure de leur lecture.

Le temps

Finalement, ce point est relativement logique. Une saga sur trois tomes permet forcément d’amener les péripéties selon une temporalité bien différente. La première grosse différence que les fans du livre ont pu noter, c’est que la première rencontre du téléspectateur avec Lyra Belacqua, l’héroïne, se fait lorsqu’elle est un bébé. Une scène qui, en réalité, apparaît dans La Belle Sauvage, le premier tome de la saga préquelle du livre A La Croisée des Mondes. Façon Harry Potter, on découvre la jeune Lyra Belacqua emmitouflée dans une couverture dans les bras de Lord Asriel qui vient la déposer au Jordan College lors d’une importante inondation. Très vite, le téléspectateur comprend plusieurs choses…

La relation entre Lyra et Lord Asriel

Dans le livre, le lecteur ne découvre que très tard les liens qui unissent la jeune et intrépide Lyra à Lord Asriel. Dans la série, cette première scène d’ouverture seule nous en dit long : Lord Asriel, qui vient confier l’enfant aux membres du Jordan College, semble effectivement être le père de Lyra-Parle-D’Or. Si ce point est respecté, pour les besoins de la narration télévisuelle, les liens de parenté sont révélés bien plus rapidement.

L’importance du Magisterium

Dès l’introduction, encore une fois, la série pose les bases de ce qu’est le Magisterium et de comment cette Sainte Eglise régit le monde dans lequel évolue Lyra Belacqua. Le Magisterium prend un soin tout particulier à camoufler l’existence de la fameuse Poussière et l’existence d’autres mondes, dans lesquels il est possible de naviguer. S’il faut plus de mille pages pour s’offrir une belle plongée dans cet univers, la série diffusée par OCS, elle, ne demande que deux épisodes avant que l’on comprenne que l’intrigue tournera autour de ces mondes parallèles qu’il est possible de découvrir.

Le monde de Will

Si l’on parlait du temps, toute à l’heure, l’une des plus grosses différences est effectivement l’introduction au monde de Will, l’adolescent que rencontre Lyra dans sa quête. Si Will n’appartient pas au même monde que Lyra, mais plutôt au nôtre, la vision de ce même monde change quelque peu des livres à la séries. Dans les livres, il semblerait que l’époque de Will soit plutôt celle des années 90, tandis que la série nous présente quelque chose de très contemporain; un choix totalement assumé par l’équipe. “Nous voulions faire quelque qui fonctionnerait pour 2019 et Phimlip (Pullman) était tout à faire d’accord avec ça”, a rapporté Jane Tranter, la productrice à EW.

Retrouvez His Dark Materials à l’heure US sur OCS disponible avec CANAL+