Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

L’Amour Flou, le All Star Game des stars dans des petits rôles

Posté par Marc Larcher le 2 novembre 2021
Une longue tradition d’apparitions surprise réussies

Aux Etats-Unis, on appelle ça un cameo, une apparition surprise d’une star dans un rôle secondaire au sein d’un film ou d’une série auquel il n’est pas habituellement associé. On pense à David Bowie dans la comédie déglinguée sur l’univers de la mode Zoolander (2001) de Ben Stiller, Daniel Craig en storm-trooper dans Stars Wars : le réveil de la Force (2015) de J.J. Abrams ou encore le guitariste des Rolling-Stones Keith Richards dans Pirate des Caraïbes : jusqu’au bout du monde (2007) de Gore Verbinski. Agréablement surpris, le public et les fans n’en croient pas leurs yeux et l’histoire avec les vrais héros de l’intrigue poursuit son cours.

Mais c’est… Monica Bellucci !

En réalisant la déclinaison en série de son film L’Amour Flou, Romane Bohringer pousse le bouchon beaucoup plus loin. Elle systématise le principe, le procédé lui est d’autant plus facile à utiliser qu’elle joue comme le reste de sa famille son propre rôle à l’écran. Aussi, les frontières entre la réalité de 2021 et les rôles des comédiens sont déjà largement brouillées. Du coup, quand le spectateur voit débarquer la silhouette et le sourire de Monica Bellucci au bras de Philippe Rebbot le charmant loser, il hallucine. Pendant quelques instants, il ne sait même plus à quel saint se vouer : le comédien galérien a-t-il séduit une sublime comédienne au léger accent italien ou a-t-il carrément mis le grappin sur l’ex compagne de Vincent Cassel ? En un mot, l’effet est bœuf. D’autant plus que son rôle grandit d’épisode en épisode venant carrément faire de l’ombre à celui de l’ex-femme de Rebbot. Et là où la série « L’Amour Flou » est particulièrement subtile dans sa construction, c’est que les autres acteurs qui apparaissent entrent dans le récit beaucoup plus discrètement derrière le rôle qu’ils interprètent.

Une leçon de distribution

Ainsi, Eric Caravaca qu’on déjà vu chez Philippe Garrel, Cédric Klapish et François Ozon, passe d’abord sans faire de remous en tant que médecin dans l’hôpital où est soigné, Richard Bohringer, père de l’héroïne à la scène comme à l’écran. Derrière ses lunettes et sa blouse blanche, on ne distingue tout d’abord qu’un regard de praticien professionnel et humaniste. Puis, c’est le regard de Romane Bohringer très vite séduite par sa douceur qui donne de la consistance à son rôle. Le grand Reda Kateb visible récemment dans la série En Thérapie (2020) ou le film Hors normes (2019) d’Olivier Nakache et Eric Toledano est également présent au casting. Sauf qu’il ne fait qu’accompagner son chien à une séance de chiens nageurs, une sorte de thérapie en piscine pour canidés...

La série joue donc sur tous les tableaux, et c’est sa force : la star discrète, la star en majesté ou celle bien planquée derrière son rôle. À ce titre, c’est une leçon de distribution et de comédie pour l’ensemble du monde de la télévision. Jouer gagnant, c’est peut-être en 2021 jouer avec l’emploi d’un comédien ou d’une comédienne à l’écran, autant avec l’image que la vedette renvoie que son talent d’acteur, un peu comme un pianiste qui appuie fort ou doucement sur certaines touches du clavier. En cela, la réalisatrice Romane Bohringer se révèle être une parfaite soliste.

L'Amour Flou, la série est disponible en intégralité sur CANAL+.