Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Dans l'ombre de Jean-Paul III, il y a le cardinal Voiello

On ne sait jamais sur quel pied danser avec l’homme le plus puissant du Saint-Siège, et c’est aussi ça qui fait son charme. À retrouver dans The New Pope, sur CANAL+ et myCANAL.

C’est l’histoire du cardinal qui voulait être Calife à la place du Calife…

Angelo Voiello (Silvio Orlando), secrétaire d’État tout-puissant du Vatican, fait la pluie et le beau temps au Saint-Siège.

Mais l’arrivée du Pie XIII (Jude Law) sur le trône papal va donner bien du fil à retordre à cet intrigant pince-sans-rire qui maîtrise pourtant parfaitement les arcanes de la cité-État, et connaît les secrets de tout le monde…

Lui qui pensait pouvoir contrôler le jeune pape s’est trompé.
 

Car ce manipulateur roué n’hésite pas à employeur des méthodes peu recommandables pour parvenir à ses fins, intimidant aussi bien ses pairs (comme le cardinal Gutierrez) que les simples paroissiens (Esther Aubry).

Le conclave ? Il l’a dans sa poche. Pas au point de se faire élire lui-même pape, cependant… Même s’il en meurt d’envie. Mais comme il le reconnaît : « Le pape doit inspirer confiance. J’inspire le contraire. »
 

Prudent, stratège, pragmatique et lucide à propos de tout (à commencer par lui-même), Voiello cherche avant tout à protéger l’Église et à préserver les fragiles équilibres qui régissent la cité papale.

Plutôt partisan, comme Jean-Paul III (John Malkovich), d’une « voie du milieu », il a été effaré par les penchants conservateurs de Pie XIII, et au contraire, voudrait moderniser l’Église pour attirer plus de fidèles. 
 

Peut-être davantage homme politique qu’homme de Dieu, il n’est pas entré dans les ordres après une révélation fracassante, mais par « prédisposition à devenir prêtre, comme d’autres ont eu une prédisposition à devenir peintre ou joueur de cricket ».

Ce diplomate avisé, qui se définit comme un simple « gratte-papier », va devoir apprendre à maintenir sa barque à flot, chaperonnant successivement trois papes on ne peut plus différents les uns des autres.
 

Et s’avérera, au fil du temps, bien plus attachant qu’on aurait pu le croire au premier abord.

Ce supporter de l’équipe de foot de Naples apparaîtra même très humain, passant ses soirées avec un garçon malade ou développant des sentiments profonds envers sœur Mary (Diane Keaton).

Une autre chose qu’on ne peut pas lui enlever, et non des moindres : qu’importent les scandales et remous, le cardinal ne perd jamais son sens de l’humour, et encore moins de l’autodérision. 
 

The New Pope, Création Originale créée et réalisée par Paolo Sorrentino, 9 épisodes de 52 minutes, à partir du 13 janvier sur CANAL+ et myCANAL.