Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Miracle Workers saison 2 : direction le Moyen Âge pour Daniel Radcliffe et Steve Buscemi

Posté par Alexis Lebrun le 3 août 2020
Après une saison 1 complètement déjantée qui prenait place au Paradis, la série d’anthologie comique et fantastique de Simon Rich opère un changement de décor radical. Heureusement, les acteurs sont toujours les mêmes, et ils sont au moins aussi drôles.
Bienvenue à « l’âge sombre »

Si l’univers moyenâgeux absurde de Kaamelott vous manque, la nouvelle fournée d’épisodes de Miracle Workers pourrait bien combler votre manque. Sous-titrée « Dark Ages », cette deuxième saison nous plonge dans le quotidien d’un village du Moyen Âge. Et comme la saison 1, elle est basée sur une nouvelle de l’humoriste américain Simon Rich (collaborateur du Saturday Night Live et déjà créateur de la série Man Seeking Woman), intitulée Revolution. Toutes les horreurs de l’époque médiévale sont là : l’ignorance revendiquée des habitants, leur passion pour la violence et les exécutions, un roi tyrannique assoiffé de sang et de conquêtes, l’extrême saleté et l’injustice qui règne partout…

Bien évidemment, Miracle Workers ne se moque pas tant de cette ère lointaine que de notre époque, en réalisant des parallèles qui montrent que nous ne sommes pas forcément beaucoup plus civilisés et évolués qu’il y a plusieurs siècles. Mais malgré son humour toujours loufoque voire carrément noir, la série conserve tout de même son ton bienveillant et porte un regard très tendre sur ses protagonistes idiots mais pas foncièrement méchants. En somme, Miracle Workers raconte les histoires de famille et d’amitié de personnages qui aimeraient simplement survivre à cette période d’obscurantisme absurde, et qui les enferme dans des rôles prédéfinis. Et puisque l’on parle de rôles…

On prend les mêmes et on change tout

Il est clair que tout l’intérêt de la saison 1 de Miracle Workers reposait sur le talent de son casting. Bonne nouvelle : ce dernier fait son retour, et même si tout le monde a un nouveau rôle, on rit toujours autant. À tout seigneur tout honneur : après avoir incarné Dieu lui-même lors de la saison 1, l’hilarant Steve Buscemi joue cette fois le rôle d’Edward Ramassemerde (Shitshoveler en VO), un père célibataire bien trop serviable et gentil, dont le métier est compris dans le nom de famille. Moyen Âge oblige, cette tâche ingrate se transmet de génération en génération. Le fils de la famille Mikey (Jon Bass) n’est pas contre car il est gentil et un peu simplet, mais sa sœur Alexandra (Geraldine Viswanathan) aimerait bien échapper aux règles stupides de cette époque hautement patriarcale, et faire des études pour sortir de son quotidien morose.

Un rêve qu’elle ne cesse de partager avec son amie Maggie (Lolly Adefope), qui vient elle d’entrer au couvent. Mais la star de la série, c’est bien sûr encore Daniel Radcliffe. Après avoir joué un ange un peu benêt lors de la première saison, l’interprète d’Harry Potter se retrouve cette fois dans la peau du « Prince Chauncley the Pretty Cool », un héritier du trône pourri gâté et bon à rien qui fait honte à son père, car il préfère jouer avec ses canards plutôt que de partir faire la guerre et de condamner à mort des innocents. Il est constamment surveillé par le Seigneur Vexler (Karan Soni), une sorte de brillant conseiller royal malheureusement chargé de veiller sur ce Prince débile.

Miracle Workers saison 2, diffusée du 18 au 25 août sur Warner TV, disponible avec CANAL+. L’intégralité de la saison 1 est également disponible en replay.