Now apocalypse : sexe, teuf et aliens à Los Angeles

Posté par Marc Larcher le 24 janvier 2022
Le cinéaste Gregg Araki débarque dans le monde des séries avec une création complètement folle. En suivant les aventures amoureuses et sexuelles d’une bande de copains, il met en scène la paranoïa du héros, Ulysses. A moins que celui-ci ait raison, quand ses rêves lui prédisent une invasion extra-terrestre…
Avoir 20 ans dans la cité des anges

A force de parler de réchauffement climatique, de fonte des glaces, de crise politique majeure, de choc des civilisations…, une partie de la population a de quoi sombrer dans la dépression. Mais qu’en est-il de ceux qui commencent leur vie d’adulte ? La série Now Apocalypse diffusée sur Starzplay a la bonne idée de montrer l’impact de cette ambiance sur une bande de copains vingtenaires de Los Angeles. Avec au milieu d’eux, un personnage charismatique Ulysses Zane, un beau gosse un peu paumé qui voit ses amis Carly, Ford et Severine préférer prendre leur pied plutôt que de se prendre la tête. Lui se pose beaucoup de questions sur l’avenir du monde et du sien en particulier, avec une interrogation lancinante : fait-il des rêves prémonitoires ? Quelles sont les créatures qu’il voit ? Des extra-terrestres ? Où est-ce qu’il délire à force de fumer de l’herbe ?

Des plans à trois aux… aliens

On l’aura compris, Now Apocalypse est une série ultra moderne sur une jeunesse ancrée dans le présent. Et dans un présent bien particulier, celui des noceurs Angelinos qui accumulent les expériences festives et sexuelles. Il faut donc s’attendre à découvrir des fêtes dans les villas de Palm Springs où les invités plongent tout habillés dans la piscine, à de furtives rencontres hétéro et gays, à la découverte de nouvelles pratiques - Carly, l’amie d’Ulysses s’essaie notamment au rôle de « cam girl » pour joindre les deux bouts, il est également question de plan à 3, de BDSM et de sex toys... Leur philosophie : prendre des risques, vivre l’instant présent dans une ville immense qui est propice à cela. Seulement, le héros ajoute à cette quête une dimension supplémentaire. Il observe son comportement et celui de ses camarades et se pose des questions. Malgré son assurance et sa beauté, Ulysses est un garçon qui doute, il cherche du sens. Il est donc d’autant plus troublé lorsqu’il commence à voir des apparitions qui remettent en cause la réalité telle qu’il la connaît. Il voit notamment apparaître un jeune homme qui semble l’avertir d’un danger imminent, danger qui pourrait s’apparenter à l’apocalypse. Il y est notamment question d’aliens qui violeraient les sans domiciles fixes dans la rue !

Gregg Araki, maître du cinéma queer

Derrière le parfum de scandale et le grand n’importe quoi apparent, les cinéphiles auront reconnu un clin d’œil à THEY LIVE de John Carpenter et à la série « V » des années 90. De l’autre côté de cette façade tout en paillettes, Now Apocalypse fait la navette entre les micro-histoires de ses protagonistes et la grande histoire. Entre les plans sexe et de vraies histoires d’amour, entre les peurs et obsessions d’une bande de pote et la possible fin du monde. Aux manettes d’un tel projet, on n’est pas étonné de retrouver le cinéaste Gregg Araki. L’Américain, originaire de Los Angeles, est l’auteur de films aux scénarios aussi dérangés que cette série, on pense à Kaboom (2010), à The Doom Generation (1995). Il était également derrière la caméra de quatre épisodes de l’habile série sur les adolescents « 13 Reasons Why ». Araki a par ailleurs été un des premiers réalisateurs à évoquer ouvertement à l’écran et en dehors des écrans la question homosexuelle, il est d’autant plus à l’aise quand il s’agit de mettre en scène la génération « gender fluid » et leurs aventures dans sa ville natale.

 

NOW APOCALYPSE est à retrouver sur Starzplay, disponible avec CANAL +.