Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Pablo Ibar : Une Vie en Sursis, ou l’histoire d’un homme condamné à tort

Posté par Delphine Rivet le 16 février 2021
Dans son cycle sur les erreurs judiciaires, Polar+ diffuse la mini-série Pablo Ibar : une vie en sursis. Quatre épisodes inspirés d’une histoire vraie qui retracent le combat d’un homme, condamné à mort puis à perpétuité pour un triple meurtre en Floride. Depuis 27 ans, il n’a jamais cessé de clamer son innocence et cherche à obtenir justice.

L’histoire de la justice américaine est émaillée de ce genre d’affaires, d’hommes et de femmes que l’on condamne en dépit du bon sens ou des preuves à disposition, de destins broyés par la machine judiciaire. Pablo Ibar n’est pratiquement qu’un numéro dans cet océan d’injustices. D’ailleurs, pratiquement personne, en dehors de ses proches et de ses soutiens, ne le connaissait jusqu’ici. Son nom et son visage sortent aujourd’hui de l’ombre grâce à une mini-série poignante qui lui est consacrée. En ce mois de février, la chaîne Polar+ propose un cycle sur les erreurs judiciaires avec les séries Perfect Crime, Innocente, Fearless et, celle qui nous intéresse plus particulièrement ici, Pablo Ibar : Une Vie en Sursis.

Une vie qui bascule

Créée par Ramón Campos, Gema R. Neira et Diego Sotelo, et réalisée par Carlos Marqués-Marcet, cette mini-série espagnole en quatre épisodes de 52 minutes chacun est adaptée du roman “Dans le couloir de la mort” du journaliste Nacho Carretero. Elle retrace l’histoire vraie de Pablo Ibar, un homme condamné pour un triple meurtre et qui a passé ces 27 dernières années à clamer son innocence depuis le fond de sa cellule de prison en Floride. Lorsqu’on le rencontre pour la première fois, Pablo est un jeune homme de 22 ans, qui réside chez son père, un immigré espagnol vivant dans le Connecticut, et ce prodige de la pelote basque est promis à un grand avenir sportif. Une légère blessure lors d’un match le met hors course pour quelques temps, mais il décide de profiter de ce break pour rendre visite à sa mère, en Floride. Là-bas, il fait la connaissance de Tanya et tombe sous son charme... le crush est réciproque. Il retrouve aussi ses vieux potes, des petites frappes peu fréquentables qui trempent dans des activités pas franchement légales.

Accusé sans preuve

Quelques jours plus tard, il est arrêté et inculpé du triple meurtre de Casimir Sucharski, Marie Rogers et Sharon Anderson. Pourtant, la nuit où les faits se sont déroulés, il entrait par la porte de derrière de la maison des parents de Tanya pour passer la nuit avec elle, et finalement s’éclipser au petit matin quand la cousine de cette dernière les a découverts au lit. L’accusation n’a alors pas grand chose à se mettre sous la dent, mais va faire peser de tout son poids une identification approximative faite grâce à une vidéo de surveillance. Celle-ci montre le crime en train de se dérouler et l’un des auteurs retirer son masque : l’homme aurait une vague ressemblance avec Pablo, et il n’en faudra pas plus pour l’envoyer derrière les barreaux. Après un procès où les éléments de preuve se font rares, sans empreinte ni ADN pouvant incriminer Pablo, mais où la défense peine toutefois à convaincre le jury de son innocence, le jeune homme écope de la peine de mort. Il passera 16 ans dans le couloir de la mort avant de voir sa peine commuée en prison à perpétuité.

Une si longue attente

En quatre épisodes, cette mini-série se penche bien sûr sur le sort réservé à Pablo et les nombreuses approximations, voire manipulations, qui ont pu conduire à sa condamnation, mais elle ne néglige pas pour autant sa famille et les soutiens qui se battent pour que justice soit rendue. La narration adopte ainsi différents points de vue, celui de Tanya, qui entre en résistance pour sauver l’homme qu’elle aime, ou encore celui des parents de Pablo, qui organisent sa défense avec les maigres moyens à leur disposition. À l’écran, Pablo est joué par Miguel Angel Silvestre, révélé quelques années plus tôt par son rôle de Lito dans Sense8, la série des sœurs Wachowski. L’acteur, qui interprétait déjà un personnage réel dans Narcos, dévoile ici une nouvelle facette de son talent en incarnant cet homme que l’on suit sur une vingtaine d’années, passant ainsi du jeune Pablo un peu influençable, au prisonnier mâture mais presque résigné après tant de revers du destin et broyé par le système carcéral. Et, pour mieux marquer le passage du temps, chaque épisode débute sur un instant médiatique de quatre présidents américains dont les mandats se sont succédés pendant que Pablo Ibar était derrière les barreaux : Bill Clinton, George W. Bush, Barack Obama et Donald Trump. On peut désormais ajouter un cinquième président à cette liste, Joe Biden, puisqu’à ce jour Pablo Ibar attend toujours du fond de sa cellule la révision de son procès. 

 

Les quatre épisodes de Pablo Ibar : Une Vie en Sursis sont à découvrir sur Polar+, disponible avec CANAL+.