Pourquoi Les Parasites ont voulu nous plonger dans le chaos de L’Effondrement

Le collectif Les Parasites observe les dérives de notre société dans des fictions engagées. Leur première série, la très attendue Création Décalée L’Effondrement, est à découvrir dès maintenant sur CANAL+ et myCANAL.

Avant de signer L’Effondrement, au parti pris artistique et technique ambitieux (les huit épisodes sont tournés en plan-séquence, par exemple…), ses jeunes auteurs n’avaient jamais réalisé de série.

Mais vous les connaissez peut-être déjà sans le savoir. Jérémy Bernard, Guillaume Desjardins et Bastien Ughetto forment Les Parasites, un collectif d’auteurs-réalisateurs qui s’est fait remarquer ces dernières années. 
 

Le trio, qui s’est rencontré en école de cinéma, s’est fait connaître sur YouTube. Principalement grâce à ses courts-métrages engagés, comme Jeu de société, mettant en scène une partie de pseudo-Monopoly en famille qui tourne mal.

Cette allégorie de la société capitaliste a fait mouche (avec 3,4 millions de vues à ce jour), faisant parler d’elle dans les milieux alternatifs et au-delà.

Provoquer le débat, ouvrir la discussion : ça a toujours été le souhait des auteurs, qui aimeraient que « YouTube soit envahi de contenus constructifs », comme ils l’expliquaient à L’Humanité
 

Et du contenu constructif, ils ne manquent pas d’en produire pour le demi-million d’abonnés qui les suit.

Outre leurs courts-métrages (souvent récompensés au concours 48h Film Project, qui consiste à monter un film en deux jours seulement, sur un thème imposé), Les Parasites réalisent des vidéos au format novateur, voire complètement décalé. 
 

Comme La Boucherie éthique, un documentaire… complètement fictif, dans lequel le bétail, sur lequel on prélève la viande, est laissé en vie, avec des prothèses à la place des membres.

Une farce saignante très réussie, qui défend la cause animale et épingle les contradictions de notre société schizophrène.

Le but ? Toujours le même : s’emparer d’un sujet d’actualité brûlant, poser des questions et nous pousser, nous aussi, à nous poser des questions. 
 

Ce que l’on ne devrait pas non plus manquer de faire en visionnant L’Effondrement : comment survivrions-nous en pareil cas ? Comment nous nourririons-nous, communiquerions-nous, nous déplacerions-nous ?

Beaucoup d’interrogations auxquelles la mini-série devrait répondre en partie.
 

L’Effondrement, Création Décalée, 8 épisodes de 15 à 26 minutes, à partir du 11 novembre sur CANAL+ et myCANAL.