Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Smother, un thriller irlandais "étouffant"

Posté par Alexis Lebrun le 12 juillet 2021
Créée par la romancière à succès Kate O'Riordan, cette nouvelle mini-série de six épisodes est un pur « irish noir » et maintient un suspense haletant autour de querelles familiales qui virent au drame.
Whodunit

En anglais, « smother » veut dire « étouffer », et il ne faut pas longtemps pour comprendre que ce terme est parfaitement choisi pour donner son nom à la nouvelle série de Kate O'Riordan. L’histoire commence déjà de façon assez lugubre : au bord d’une falaise, un quinquagénaire est poussé dans le vide – et tué – par une personne dont l’identité est secrète. Et vous l’avez sans doute compris, l’objet de la série est de nous faire deviner l’identité du coupable, comme dans tout « whodunit » qui se respecte. Les suspects ne manquent pas, car on réalise très vite que la victime (Denis) était un sale type qui exerçait son emprise sur à peu près tous les membres plus ou moins proches de sa famille, filles, belle-fille et frère inclus.

Après la scène nocturne du meurtre, la série revient en arrière à la soirée qui précède le drame : tous les personnages et les coupables potentiels sont introduits à la grande fête d’anniversaire de Val, la femme de Denis qui fête ses cinquante ans. Mais les réjouissances sont de courte durée : Denis annonce à toute l’assistance que lui et sa femme divorcent d’un commun accord et que Val va vivre avec son amant, ce qui lui permet d’établir un record du monde du malaise. Les réjouissances prennent donc fin brutalement, et le lendemain, Val apprend au réveil la mort de son désormais ex-mari. Elle mène elle-même son enquête, et découvre au fur et à mesure que le comportement de salaud de Denis a affecté beaucoup plus de monde dans la famille qu’elle ne le pensait. Et même si elle suspecte plusieurs proches d’être responsables du meurtre, Val est déterminée à protéger sa famille, notamment ses trois filles.

Pile de linge sale

C’est bien connu : on lave son linge sale en famille. Cette règle, Val l’applique à la lettre, mais elle est un peu dépassée par l’ampleur de la pile qui l’attend à la mort de son mari. L’une de ses filles (Grace) souffre de problèmes psychologiques qui nécessitent un traitement sérieux, et son comportement erratique fait d’elle une coupable un peu trop facile. La deuxième (Jenny) est une femme célibataire enceinte qui manque de personnalité et d’aplomb, laissant le rôle le plus intrigant à Anna, coincée avec un mari colérique et déjà père de deux enfants par ailleurs, dont elle tente de récupérer la garde auprès de son ex-femme. Et si Anna intrigue autant, c’est parce qu’elle est jouée par Gemma-Leah Devereux, actrice découverte en 2010 dans Les Tudors (CANAL+) et qui a surtout campé récemment une Liza Minnelli parfaite dans Judy (Rupert Goold, 2019), le biopic où Renée Zellweger incarne Judy Garland.

Elle n’est pas la seule pépite du casting irlandais de Smother : Dervla Kirwan (Injustice, Intimidation) est géniale en matriarche control freak presque littéralement au bord du gouffre, et Niamh Walsh (The English Game sur Netflix) comme Seána Kerslake (A Date for Mad Mary, The Only Child - L'Enfant unique) sont parfaites respectivement dans le rôle des autres filles de Denis, Jenny et Grace. Mais le point fort de Smother est évidemment son scénario, écrit par la romancière irlandaise également créatrice de la série, Kate O’Riordan. Cette dernière n’en est pas à son coup d’essai à la télévision, puisqu’en plus de publier des thrillers à succès depuis près de vingt ans, elle a notamment écrit dix épisodes d’une série britannique incontournable des années 2010, Mr Selfridge. C’est à elle que l’on doit la dimension très noire de Smother, à mi-chemin entre la série emblématique du genre, Broadchurch (CANAL+) et un petit côté hitchcockien dans l’ambiance. Appuyée par les décors naturels très mystérieux de la côte irlandaise et entretenant savamment le suspense jusqu’à la fin, Smother se distingue aussi par son approche très dramatique du genre whodunit, en opposition avec la légèreté du carton récent de Rian Johnson, À couteaux tirés (2019).

Smother est disponible en intégralité sur CANAL+.