Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Trickster, le meilleur teen drama de ce début d’année

Posté par Alexis Lebrun le 22 février 2021
Mystérieuse et bien réalisée, cette série canadienne se démarque des clichés du genre en nous embarquant dans un récit surnaturel sinistre. Mais Trickster adopte aussi un point de vue trop rarement choisi dans la fiction, en évoquant l’histoire et le quotidien terriblement violents des peuples autochtones du Canada, qui occupaient le pays avant l’arrivée des colons.
Entre misère…

Trickster est l’adaptation d’un roman de l’écrivaine canadienne Eden Robinson, Son of a Trickster (2017). Dans le livre comme dans la série, le héros (Jared) est un adolescent de seize ans qui grandit dans une réserve indienne de Colombie Britannique au Canada, où la drogue et la pauvreté sont omniprésentes et où les perspectives semblent très limitées. En effet, Jared doit d'abord prendre soin de ses parents séparés, tous les deux à la ramasse. Incapable de se prendre en charge, son père l’exploite financièrement et récolte une bonne partie de l’argent que gagne son fils en vendant la drogue qu’il « cuisine » en secret à la manière du célèbre duo de Breaking Bad.

En prime, Jared doit vivre au quotidien avec les excès divers et variés de sa mère, psychologiquement perturbée mais attachante et peut-être bien traumatisée par un passé douloureux. Jared trouve quand même le temps d’aller à l’école, où il récolte des notes bien faibles pour son potentiel, mais où il peut heureusement compter sur « Crashpad », pseudo de son très bon pote gamer. Notre héros est aussi intrigué par l’arrivée dans le voisinage de Sarah, une orpheline joyeusement effrontée, qui change de famille d’accueil comme de couleur de cheveux.

… Et mystère

Mais Jared est surtout perturbé par l’apparition de phénomènes surnaturels, puisqu’il commence à voir un double maléfique de lui-même et même un corbeau qui parle, sans compter la présence perturbante d’un étranger qui se dit de la famille et qui pourrait faire des révélations invraisemblables sur son passé. Car comme le rappelle le titre du roman d’Eden Robinson, nous sommes bien là en présence du récit initiatique d’un « enfant de filou », le trickster pouvant être considéré comme un esprit magique plus ou moins duplice dans la culture des peuples autochtones du Canada. Jared est-il alors le fils d’une créature surnaturelle qui se manifeste à lui sous d’étranges formes ? La quête explorée à travers les six épisodes de Trickster apporte des réponses passionnantes, pour peu que vous aimiez les ambiances mystérieuses à la Twin Peaks notamment.

Une série remarquable pour la représentation des peuples autochtones du Canada

Chose très rare à la télévision nord-américaine, Trickster est l’œuvre d’une équipe très majoritairement originaire des trois groupes autochtones canadiens : les Inuits, les Premières Nations et les Métis. C’est d’abord le cas de son casting irréprochable, où l’on découvre notamment le jeune talent Joel Oulette dans le rôle de Jared. Mais c’est le cas aussi de la plupart des scénaristes et producteurs de la série, même si la cocréatrice, réalisatrice et showrunner Michelle Latimer a dû quitter la production en fin d’année dernière après des révélations troublantes sur ses racines, qui ne seraient peut-être pas si autochtones que ça.

Ce scandale a même entraîné l’annulation de la série dont une deuxième saison était pourtant prévue, mais cela ne doit surtout pas nous empêcher d’apprécier Trickster pour ce qu’elle est, c’est-à-dire une formidable fiction qui aborde avec intelligence, respect et humour l’Histoire, les récits, les traditions et les traumatismes qui forment la culture des peuples autochtones du Canada, avec un ancrage plus que bienvenu dans la réalité, et un univers visuel qui évoque parfois le travail David Cronenberg et Guillermo del Toro. Un vrai coup de cœur.

 

Découvrez Trickster à partir du 14 avril sur CANAL+ Séries.