image/svg+xml
Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

14 mai 1972 Beltoise vainqueur du Grand Prix de Monaco

Posté par Motorsport

Le pilote français Jean-Pierre Beltoise n’a remporté qu’une seule victoire en Formule 1 au cours de sa carrière, mais ce fut lors du plus prestigieux de tous les Grands Prix : celui de Monaco.

Jean-Pierre Beltoise n’est plus tout jeune quand il place sa BRM sur la grille de départ détrempée du Grand Prix de Monaco, ce 14 mai 1972. Lui qui a commencé sa carrière en chevauchant des motos est alors âgé de 35 ans. Physiquement et psychologiquement, il a beaucoup souffert au fil des ans. Le sport automobile ne l’a pas épargné.

Après ses succès en motos, il passe aux quatre roues et, comme pilote d’Endurance, il participe aux 12 Heures de Reims en 1964. Durant la course, sa voiture sort de la route et il est éjecté. Son bras gauche est en piteux état, broyé et fracturé à plusieurs endroits, à un point tel que les médecins songent à l’amputation. Il sera finalement sauvé, mais les chirurgiens n’ont pas d’autre choix que de bloquer les os de son coude dans un angle faible.

En 1971, aux 1000 km de Buenos Aires, Beltoise tombe en panne d’essence sur le circuit et pousse sa Matra MS660 sur la piste pour rejoindre son stand, ce qui est pourtant interdit par le règlement. La Ferrari 312P d’Ignazio Giunti percute la Matra de plein fouet, tuant l’Italien. Beltoise, indemne, mais très choqué par l’accident, sera ensuite inquiété par la justice argentine pour "homicide par imprudence".

Un an plus tard, Beltoise quitte l’écurie Matra F1 pour rejoindre les rangs de BRM, de Louis Stanley. À Monaco, aux commandes d’une P160B à moteur V12 BRM, le Français se qualifie au quatrième rang derrière Emerson Fittipaldi (Lotus 72D-Ford), qui signe sa première pole position en F1 avec un chrono de 1'21"4, devant Jacky Ickx (Ferrari 312 B2) et Clay Regazzoni (Ferrari 312 B2).

Lire la suite de l'article sur