Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Alain Alberti, la force tranquille

Posté par Fédération française de Golf

Incontournable dans le paysage golfique français, Alain Alberti demeure l’une des références dès qu’il est question de coaching. Ses derniers résultats avec Pauline Roussin-Bouchard ou Alexander Levy le prouvent. Ambiance.

Il s’est envolé dimanche pour Venice (Floride) où se déroule du 21 au 24 octobre le Stage II des Cartes d’accessions du LPGA Tour. Là-bas, Alain Alberti a retrouvé Pauline Roussin-Bouchard, 21 ans, qui vise un droit de jeu sur le circuit US en 2022. La native de Montélimar (Drôme) vient tout juste de s’offrir à New York un joli top 10 (7e) à l’Aramco Teams Series, épreuve à la fois individuelle et par équipes du Ladies European Tour (LET). De bon augure donc à quelques jours de s’élancer dans cette avant-dernière étape de qualification avant la finale marathon (sur 8 tours) prévue entre le 29 novembre et le 12 décembre dans l’Alabama.

Taillée pour le très haut niveau 

« Par rapport au niveau de jeu qu’elle délivre depuis qu’elle est passée pro (en août), elle sait qu’elle va avoir la pression sur ces Cartes, annonce doucement son entraîneur. Mais si elle joue sur son niveau de jeu, sans faire d’exploit, elle doit être dans le top 30 des finales des cartes et valider sa présence sur le LPGA Tour l’an prochain. Pour moi, qu’elle soit sur le LPGA en 2022, ce n’est même pas un exploit. C’est une suite logique. Si la question est de savoir si elle a le niveau pour évoluer sur le LPGA en 2022, la réponse est évidemment oui ! » 

Le duo collabore depuis un peu plus de huit ans maintenant, en totale harmonie. Mais il semble que le temps se soit particulièrement accéléré ses dernières semaines. Victorieuse le 29 août sur le LET en Suède (Didriksons Skafto Open), elle prend la troisième place du Lacoste Ladies Open de France le 18 septembre suivant. En possession d’une full catégorie sur le circuit européen et d’une carte partielle sur le Symetra Tour, la deuxième division US, Pauline Roussin-Bouchard, numéro 1 mondiale amateur en janvier 2020, voit évidemment plus haut, et plus loin. Grâce notamment à un jeu de golf où les failles sont quasi-inexistantes.  

Quasiment aucun point faible 

« Son point fort, c’est son mécanisme de swing, souffle son Golf coach, qui se déplace entre deux à trois fois par an en tournois pour être au plus près de sa jeune protégée. C’est une fille qui prend facilement 14-15 greens par tour. C’est très solide. Il y a aussi cette puissance au driving. 

Lire la suite de l'article sur