Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

COMBAT DE LÉGENDE : HAGLER-LEONARD

Posté par Sébastien HEULOT

8 AVRIL 1987, 15336 privilégiés au Caesar Palace de Las Vegas et 60 pays dans le monde assistent à la résurrection de Sugar Ray Leonard, 5 ans après une opération à l’œil synonyme alors de retraite. Mais son génie terrasse ce soir-là l’un des plus grands champions des poids moyens de l’histoire : Marvin Hagler, alors champion incontesté depuis 6 ans et demi…

A sa montée sur le ring, la sono hurlait « Victory », le succès de « Kool and  the Gang». Moins d’une heure plus tard, dans un Caesar’s Palace en folie, la victoire était effectivement pour lui : Sugar Ray LEONARD.

Le champion olympique de Montréal entrait de plain-pied dans la légende. Marvelous Marvin Hagler dansait sur le ring mais parlait déjà de complot…

Au pied du ring, les deux plus grands promoteurs de boxe au monde, Bob Arum et Don King, en venaient aux mains, séparés par le service d’ordre privé du Caesar. Don King détestait Hagler, Bob Arum, lui, l’adorait. La joie excessive de Don King ressemblait à de la provocation. Bob Arum révèlera plus tard qu’un revolver tomba même de la poche de King…

Deux milliardaires se coltinant comme dans un petit bar du samedi soir, c’est une des images fortes de ce 8 avril 1987. Au bord de ce ring à ciel ouvert, monté sur le parking de l’hôtel-casino le plus prestigieux alors de Las Vegas…

Il y a certainement quelque chose d’injuste pour l’illustre Marvelous dans cette décision prononcée (115-113 pour Leonard pour le 1er juge, 115-113 pour Hagler pour le 2e juge et 118-110 pour le 3e juge pour Leonard) tant le pointage du 3e juge frise l’incompétence ou le vol à main armée…

Peut-on briser 6 ans et demi de règne pour un Marvin Hagler qui paraissait garder de peu son titre selon de nombreux spécialistes en bas des cordes ? Personne ne pensait alors qu’écœuré par ce verdict, HAGLER allait raccrocher les gants sans jamais revenir sur sa décision…

Cette question reste encore aujourd’hui un sujet de débat car ce combat fut difficile à juger comme souvent quand l’habilité affronte la force, la mobilité face à l’agressivité, les coups durs face aux coups plus soyeux, rapides et nombreux.

Pendant 12 rounds, Hagler ne cessa d’attaquer, de mettre une pression constante sur Leonard qui s’en allait pour répliquer avec sa diabolique maîtrise.

Leonard bluffa avec génie en certaines circonstances pour faire croire en un proche effondrement et repartir aussitôt, plus seigneur que jamais. Notamment dans un 9e round à couper le souffle.

Cinq ans après son opération de la rétine gauche, Sugar Ray Leonard a réussi son incroyable come-back, phénomène alors de son temps qui a rejoint Mohammed Ali dans le cœur de l’Amérique.

Le magicien était de retour pour enlever une extravagante partie de roulette « made in Las Vegas ».

Leonard a impressionné par sa métamorphose. Contre un Hagler moins guerrier, peut-être guetté par le déclin, il est devenu un vrai  poids moyen en conservant sa fulgurante vitesse de poids welters, avec ses jambes et son coup d’œil de 20 ans, une inspiration touchant parfois au surnaturel.

Présenter son menton au nez d’Hagler, les mains dans le dos, tourner comme une libellule sous les charges du monstre qui avait défendu furieusement 12 fois son titre, qui d’autre qu’un Martien du ring pouvait se le permettre ?

Sébastien HEULOT