Grosjean : "En F1, on n'a pas le choix de dire 'Je ne viens pas'"

Posté par Motorsport

Romain Grosjean est revenu sur l'annulation du Grand Prix d'Australie et la façon dont il a vécu la situation à l'heure où, de retour en Suisse, il fait également face au confinement général imposé par la pandémie de COVID-19.

Alors que l'Europe plonge quasiment toute entière dans les mesures restrictives mises en place pour ralentir la propagation du coronavirus, obligeant les pilotes comme le reste de la population à rester chez eux, Romain Grosjean a accordé un entretien à Canal+. Le Français est revenu sur la gestion du Grand Prix d'Australie et la manière dont il l'avait vécu sur place, après l'annulation de l'épreuve à quelques heures de son coup d'envoi.

C’était un peu spécial", a-t-il déclaré lors d'un entretien à distance. "J’étais très content d’aller en Australie, c’est un pays que j’adore donc je suis toujours très content d’aller là-bas. On a pu se préparer, tout était finalement bien. L’ambiance dans le paddock était un peu spéciale, on ne va pas se mentir, ce n’était pas l’ambiance qu’on a l’habitude d’avoir : beaucoup de questions sur le coronavirus, 'qu’est-ce qu’on fait là', si on avait le choix... Ben non, en Formule 1 on n’a pas le choix de dire ‘je viens, je ne viens pas’. Quand il y a une course, vous venez malgré les circonstances et on fait avec, donc on était sur place."

"Honnêtement, je suis déçu de la façon dont ça a été organisé, parce qu’annuler à deux heures des Essais Libres 1 alors que sur les 3000 personnes qui voyagent pour la Formule 1...

Lire la suite de l'article sur