Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Petites histoires de grand prix (2013-2019)

Posté par Thomas Sénécal

ROMAIN ET SEBASTIAN 

Ce dimanche 13 octobre à Suzuka, Romain Grosjean vient placer sa Lotus-Renault sur la quatrième place de la grille de départ. Vue de 2020, la saison 2013 est à la fois proche et lointaine. Pour les écuries de Formule 1, c’est tout simplement une autre époque : un seul des 20 pilotes au départ de ce Grand Prix du Japon court toujours dans la même écurie sept ans plus tard... Est-ce un hasard ? C’est Lewis Hamilton !   

Vettel place son imbattable Red Bull à moteur Renault en pole position ; son coéquipier Webber se range dans son rétroviseur droit ; Hamilton est troisième au volant d’une Flèche d’argent pas aussi aiguisée qu’aujourd’hui. Le soleil décline déjà sur la grande roue de Suzuka, offrant aux yeux et aux objectifs une lumière de cinéma. Pendant notre émission “La Grille”, quelques minutes avant le départ, Franck Montagny nous a bien fait rire en faisant rouler une bouteille d'eau sur la piste, au milieu des ingénieurs et des mécaniciens étonnés, pour montrer à quel point la pente est raide sur la ligne droite de Suzuka. C’est la F1 illustrée, la F1 comme on l’aime, la F1 comme on essaie de la montrer depuis nos débuts en mars 2013.  

En sortant de la grille, une fois l’antenne rendue, je traverse le paddock et file au car-régie. Avec d’autant plus d’excitation qu’à Suzuka, le “TV compound”, la zone technique pour les chaînes du monde entier, est collé au circuit, au niveau de l’enchaînement des virages 4-5-6. A l’extinction des feux, nous vivons avec toute l'équipe Canal+ l’une de nos plus belles émotions de la saison. Grosjean jaillit, le car-régie se lève comme il pourrait le faire après un but de l'équipe de France en coupe du monde de football. En prenant la droite de la piste, Grosjean efface Webber à l’impulsion ; dans une diagonale autoritaire, il revient sur la gauche de la piste devant Vettel et Hamilton et plonge en tête dans le fameux premier virage à droite ! Quelques instants plus tard, le peloton de moteurs V8 nous frôle et fait trembler toute notre installation technique. Nous ouvrons la porte pour profiter du spectacle.   

Romain nous emmène dans son sillage, l’euphorie gagne notre équipe. Pendant la course, nous préparons le débrief du Grand Prix et l’émission Formula one. La fameuse statistique “Première victoire française depuis Olivier Panis en 1996” ressort des tiroirs... Au micro, Julien Fébreau et Jacques Villeneuve accompagnent cette chevauchée tour après tour, avec du lyrisme, un peu, et de l’émotion, beaucoup ! Trois fois déjà dans cette saison 2013, Romain Grosjean est monté sur un podium. En Hongrie, dans la chaleur étouffante de Budapest, il rêvait même de victoire à l’heure du départ...   

Depuis le début de la semaine, une grande partie des membres de notre équipe découvre le Japon, ses charmes si particuliers, si déroutants parfois. Jacques Villeneuve adore ce pays, il y a vécu, il y a gagné, il ne manque pas de partager bonnes adresses et bonnes pratiques. L’ambiance est joyeuse. Nous nous étonnons de la passion de ces spectateurs, capables de rester toute la soirée au circuit pour revivre sur écran géant les essais de l’après-midi. Au tour 12, Romain s'arrête aux stands pour changer de pneus. Tout est sous contrôle. Il reprend la tête trois boucles plus tard après l’arrêt des Red Bull. Mais ensuite, l’écurie autrichienne étale sa force et sa supériorité. Et seul contre deux, avec une voiture un peu moins performante, Grosjean ne peut pas résister. Webber bascule sur une stratégie à trois arrêts. Grosjean, comme Vettel, en fera deux. Mais l’Allemand est trop rapide. Il s’impose, lancé dans une série de 9 victoires consécutives qui ne s’arrêtera qu’au soir du dernier Grand Prix, au Brésil. Romain termine troisième, après avoir mené la course pendant 26 tours, sur le monument de Suzuka. 

Il nous reste du Japon 2013 un frisson. Le plaisir d’avoir rêvé dans l’aspiration de Romain Grosjean. Suzuka est alors son deuxième podium d’affilée après la Corée du Sud ; et quelques jours plus tard, lorsque Sebastian Vettel gagnera son quatrième titre mondial d'affilée en Inde, qui sera sur le podium à ses côtés ? Nico Rosberg, deuxième, et Romain Grosjean, troisième, qui signera là son seul -et unique à ce jour- enchaînement de trois podiums d’affilée.  

Thomas Sénécal