Saudi International, en mode Grand Chelem

Posté par Fédération française de Golf

Désormais sur l’Asian Tour après trois années au calendrier du Tour européen, le PIF Saudi International, première étape de la saison 2022, s’offre un plateau digne d’un tournoi majeur avec une ribambelle de stars mondiales. Victor Perez est également dans le champ !

Le tournoi

Créé en 2019 et positionné dans le calendrier de l’European Tour (désormais DP World Tour) au début du mois de février, le PIF Saudi International (3-6 février 2022) a basculé cette année sur l’Asian Tour. Une conséquence des menaces persistantes de la création dans un futur proche (on parle de 2023) d’une Super Golf League (ou Premier Golf League) soutenue par l’Arabie saoudite et d’un rapprochement dans le même temps du PGA Tour et du DP World Tour. Jay Monahan et Keith Pelley, patrons des deux entités les plus puissantes dans le golf professionnel, avaient ainsi menacé les joueurs qui seraient tentés de rejoindre ce projet pharaonique (18 tournois à 10 millions de dollars chacun regroupant 48 joueurs triés sur le volet) d’être exclus de leur circuit. Avant de leur accorder une « libération conditionnelle » pour disputer ce Saudi International new-look, notamment les membres du PGA Tour qui devront dans les deux ans à venir prendre le départ de l’AT&T Pebble Beach Pro-Am qui se déroule la même semaine en Californie. 

Le parcours

Dessiné par le Britannique Dave Sampson, le Royal Greens Golf & Country Club est un par 72 de 7 201 mètres. Il est situé dans la ville économique du roi Abdullah, près de Djeddah, sur les bords de la mer Rouge. Il est à ce titre le premier site ultramoderne dédié au golf en Arabie saoudite, qui accueille également une étape du Ladies European Tour (LET). Le vent entre régulièrement en jeu sur ce parcours de bord de mer, même si les vainqueurs des trois éditions précédentes l’ont emporté avec des scores plutôt bas, oscillants entre -12 et -19. 

La dotation

Jusque-là fixée à 3,5 millions d’euros (pour les trois éditions du Tour européen), la dotation est désormais de 5 millions de dollars (4 472 671 euros). Cette sensible augmentation, on la doit au PIF (fonds d’investissement public) d’Arabie saoudite, qui est également l’actionnaire majoritaire de LIV Golf Investments dont le PDG n’est autre que l’ancien n°1 mondial, l’Australien Greg Norman. Ce dernier, par le biais de sa société, s’est engagé à investir dès 2022 plus de 300 millions de dollars sur dix ans dans dix nouveaux tournois de l’Asian Tour. 

 

Lire la suite de l'article sur