Crime (POLAR+) : une série policière magistrale par l'auteur de Trainspotting

Posté par Marc Larcher le 26 septembre 2022
C’est la meilleure des équations : un flic torturé doit arrêter un tueur en série encore plus fou que lui. Pour Crime (POLAR+) sa première série, l’écrivain Irvine Welsh réussit un coup de maître.
Le retour du créateur de Trainspotting

« Il y a des monstres à chaque coin de rue et sous chaque lit » dit le héros. Avec la bien-nommée Crime, l’écrivain écossais Irvine Welsh, l’auteur du best-seller Trainspotting, fait une entrée remarquée dans le monde des séries. Devenu showrunner, il offre aux spectateurs de Polar + une plongée dans les bas-fonds d’Edimbourg, la capitale de l’Ecosse.

Un crime, un flic, un serial-killeur

En adaptant un de ses romans, le romancier offre à l’acteur Dougray Scott (Mission impossible 2, My week with Marylin) le rôle de sa vie : celui du capitaine Ray Lennox, un antihéros torturé, enquêtant sur la disparition d’une enfant et qui va devoir affronter un redoutable serial killer. Sur le chemin du collège, la jeune Britney Hamil disparaît. Lennox, un flic taciturne et mal dans sa peau, travaillant à la brigade des Crimes Graves, se voit confier l’investigation avec sa collègue Amanda Drummond. Seulement, cette affaire fait resurgir chez lui un traumatisme du passé et alimente sa haine des pervers quels qu’ils soient. En examinant les premiers indices, Lennox est convaincu que Britney a été kidnappée par un tueur en série, connu sous le nom du « Confiseur ». Il faut préciser que le suspect en question a pourtant été arrêté et emprisonné il y a des années. Bien sûr, le corps sans vie de Britney est retrouvé, Lennox s’estime coupable et il commence à perdre pied. Déjà, il doit affronter sa hiérarchie qui ne souhaite pas remuer de vieilles affaires et encourage Lennox et Drummond à explorer les pistes existantes. Lennox s’en moque, il arrête de sa propre initiative un homme politique influent, Richie Gulliver, pour « complicité de meurtre ». À ses yeux, ce notable protège un certain Mc Cornell avec qui il entretiendrait des relations sadomasochistes. Ray Lennox avance sur un terrain d’autant plus glissant qu’un scandale de harcèlement sexuel éclate et qu’il replonge dans l'alcool et la cocaïne.

Voilà pour le début des six épisodes de cette série qui montre un flic à l’état brut que son propre métier et son passé rendent malades. C’est brutal – un des personnages ose affirmer « ne protégez pas les faibles, dévorez-les » –, crédible et passionnant. Avec Irvine Welsh, on ne prend pas de gants et c’est pour ça qu’on aime ses récits coups de poing.

Ray Lennox aux côtés des plus grands flics britanniques

En l’espace d’une saison, le flic Ray Lennox s’impose dans la galerie déjà bien fournie de policiers brittish magistraux aux côtés de Luther, autre enquêteur borderline incarné dans la série du même nom par Idris Elba, du faux-calme David Tennant dans Broadchurch, de la mystérieuse Gillian Anderson dans The Fall, et de l’increvable Inspecteur Barnaby. En d’autres termes, au Royaume-Uni, les criminels sont vraiment bien gardés.

Découvrez Crime sur POLAR+, disponible avec CANAL+