Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Validé saison 2 : comment Franck Gastambide multiplie les références au rap français

Posté par Maxime Delcourt le 7 octobre 2021
Après avoir créé l’événement en 2020, “Validé” revient avec une deuxième saison toujours aussi riche en guests et en références. Aux rappeurs hexagonaux, à l'industrie musicale, mais aussi à certains films emblématiques.

Dès l’ouverture de cette seconde saison, le terrain semble familier, similaire à celui qui ouvrait et concluait la première salve d’épisodes : William et Brahim sont de nouveau rue Greneta, dans les locaux de Skyrock, le temps d'un Planète Rap censé rendre hommage à leur ami et rappeur décédé, Apash. L’objectif des deux compères est également d’annoncer à l’antenne la création de leur label, logiquement nommé Apash Music et porté par de grandes ambitions : trouver la nouvelle icône du rap français. Celle-ci prend les traits d’une femme, Lalpha, que William et Brahim vont tenter de rendre crédible au sein d’une industrie rap dite très (trop ?) masculine.

Dès lors, des noms comme Ninho, Diam’s et Nekfeu sont évoqués, l’emblématique DJ Cut Killer est invité à mettre le feu derrière les platines lors d’un showcase organisé par Apash Music, où deux des rappeurs de Sniper (Tunisiano et Aketo, sans que leur présence soit soulignée outre mesure) font également une apparition.

Chaque épisode semble ainsi réserver son lot de surprises, la présence d’un guest étant censée ancrer Validé dans le réel : Soolking, Alonzo, Dinos, Naps ou encore Amel Bent entretiennent le prestige de la série, tandis que Fifou (auteur de pochettes d’albums pour la quasi totalité du rap français), Fred Musa (animateur de Skyrock) et Oumar Samaké (producteur de Dinos, Dosseh) rappellent que le paysage du rap doit également beaucoup aux hommes de l’ombre.

Parmi les vedettes de cette deuxième saison, il y a surtout Rohff, dont la présence peaufine son image de “padre” du rap game, le boss ultime, celui que l’on ne teste pas et que l’on ne peut que respecter.  C’est là toute la force de ces neuf nouveaux épisodes : osciller en permanence entre réalité et fiction, entre l’envie de coller à la façon dont fonctionne l’industrie musicale et la volonté de s’aventurer vers des histoires purement fantasmées. Et ce, même si Franck Gastambide s’autorise quelques clins d’œil bien sentis : que ce soit à travers son personnage, dont les t-shirts à l’effigie de NTM ou Death Row Records ne trompent personne, ou via le biais d’une affiche publicitaire dévoilée entre deux scènes.

Sur celle-ci, on voit apparaître le slogan « Le monde est à vous », détourné par un graffeur en « Le monde est à nous », selon un procédé qui rappelle fortement celui utilisé dans La Haine il y a 26 ans. Au sein du film de Matthieu Kassovitz, c’est le personnage incarné par Saïd Taghmaoui qui se chargeait d’exécuter ce geste. Hasard ou non, l’acteur figure aujourd’hui au casting de la saison 2 de Validé. Comme quoi, dans le rap comme dans la fiction, tout n’est finalement qu’un éternel recommencement.

Validé saison 2, disponible sur CANAL+.