FLAG DAY, la confession de Sean Penn

Posté par Marc Larcher le 16 mai 2022
L’acteur a mis toute son énergie dans ce film qu’il réalise tout en tenant le rôle principal. L’histoire était taillée pour lui : Une jeune journaliste abandonnée par sa famille enquête sur un faux monnayeur qui s'avère être son vrai père.
Un film par et sur la famille Penn
L’acteur a mis toute son énergie dans ce film qu’il réalise tout en tenant le rôle principal. L’histoire était taillée pour lui : Une jeune journaliste abandonnée par sa famille enquête sur un faux monnayeur qui s'avère être son vrai père.

Selon le cinéma qu’on aime, il y a plusieurs plusieurs façons de recevoir « Flag Day ». C’est à la fois un thriller haletant, une touchante comédie dramatique et un film sur la famille Penn elle-même. En apparence, le film est d’abord l’adaptation des mémoires de la journaliste américaine Jennifer Vogel, "Flim-Flam Man : The True Story of My Father’s Counterfeit Life" qui retrace une relation tumultueuse entre un père braqueur de banque et faux-monnayeur et sa fille journaliste. Et si Sean Penn, acteur bourru a choisi de réaliser ce long-métrage tout y jouant le premier rôle aux côtés de sa fille Dylan et de son fils Hopper Jack, ce n’est peut-être pas un hasard car il y est principalement question des relations difficiles entre un père infernal et sa fille. Un terrain miné et une façon pour l’acteur réputé difficile à vivre de se raconter en espérant via un personnage de fiction se faire pardonner par les membres de sa propre famille.

Des faux-billets aux braquages

Tout commence dans les années 70-80 avec les souvenirs d’enfance de Jennifer baignés de joie, d'amour et d’aventures, une sorte de conte de fées dans la campagne américaine aux côtés d’un père hors-norme, John Vogel. Mais si son charisme et son charme enchantent le quotidien de ses enfants, il est également un individu ne faisant qu’accumuler les dettes. Au point où il doit un jour quitter la maison, laissant au passage sa femme Patty avec deux enfants à nourrir. Abattue par la séparation, celle-ci se met à boire et délaisse les enfants qui continuent de croire aux boniments du paternel sur son business miraculeux dont ils ignorent la nature exacte. La question taraudera Jennifer pendant des années jusqu’à ce que, devenue journaliste, elle se mette à enquêter sur les fraudes financières de grande envergure et la contrefaçon de billets, domaine obscur où elle va retomber sur le nom de son géniteur. Surtout qu’entre-temps, John est, semble-t-il, passé de la fabrication de billets de banques au braquage des banques où ils sont entassés. Dès lors, il va chercher à se faire pardonner de son passé de mauvais père et de la situation dans laquelle il a laissé sa famille pendant des années. « Flag Day » est ainsi avant tout le récit de la vie d’un homme en quête permanente de rédemption dans un pays où ceux qui sortent du droit chemin sont sévèrement punis. Pour Sean Penn, c’est l’occasion de montrer à soixante ans passés toute l’étendue de son talent puisqu’il joue le rôle principal à toutes les époques, alternant des moments de bravoure épurés à des séquences de poursuites automobiles, les rires avec les pleurs, la douceur et la violence.

Le talent de Dylan Penn

« Flag Day » est aussi la révélation du talent de Dylan Penn dans sa façon d'incarner une jeune femme passée de la dope au concours d’école de journalisme et qui, une fois entrée dans la presse, renverse sans le savoir la quête de son père. Lui fabriquait des faux–billets tandis qu'elle déniche de vraies informations sur… les faux-monnayeurs. C’est donc aussi un récit d’apprentissage sur la nécessité de faire la paix avec son propre passé et sa famille. Et dans ce domaine-là au moins, la relève est assurée dans la famille Penn.

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram