Attaque à la Préfecture de police : un imam de Gonesse se défend

L'un des imams de Gonesse, soupçonné d'être radicalisé, affirme n'avoir «jamais parlé» avec Mickaël Harpon. Ahmed Hilali avait fait l'objet d'une obligation de quitter le territoire français, en 2015, une mesure qui n'a jamais été exécutée. Selon nos informations, il opérait une pratique rigoriste de l'Islam. Ce dont il se défend : «Jamais, j'ai été accusé d'être un imam radical ou fondamentaliste», assure-t-il. Aucun élément ne permet d'établir un lien entre Ahmed Hilali et Mickaël Harpon a tenu à rappeler Christophe Castaner.