Brexit : la collaboration franco-britannique se poursuit au Sahel

Côte-à-côte dans un hélicoptère de la Royal Air Force, les chefs d?état-major des armées de l?air britannique et française affichent leur volonté de continuer à travailler ensemble dans la lutte contre les djihadistes au Sahel. Et ce malgré l?imminence du Brexit. Général Philippe Lavigne, chef d'état-major de l'armée de l'air française : «Avec ou sans Brexit, ça va continuer parce que nous sommes des armées de l'air très semblables. Nous avons les mêmes capacités, les mêmes niveaux opérationnels et nous continuerons aujourd'hui comme demain à ?uvrer pour la sécurité du monde.» Depuis juillet 2018, trois hélicoptères britanniques, les Chinook, ont permis le transport de 11 000 personnels et de 800 tonnes de fret. Une aide logistique décisive pour l?armée française, dans une région où les déplacements au sol sont extrêmement risqués.   «Nous avons une longue et fabuleuse histoire de travail côte-à-côte (avec les Français, ndlr) et je ne m'attends pas à ce que cela change de sitôt, juge le Général Mike Wigston, chef d'état-major de l'armée de l'air britannique. Au contraire, nous allons travailler ensemble plus fort.» Malgré la volonté des deux armées de poursuivre leurs opérations, le maintien de l?aide britannique n?est pas assuré au-delà de l?été prochain. Car Londres a pris d?autres engagements : dès 2020, 250 militaires vont être déployés au Mali, dans le cadre de la mission de l?ONU Minusma.