Romain Langasque, oublier 2021 et viser le PGA Tour d’ici deux ans

Posté par Fédération française de Golf

Ayant conservé sa carte lors des derniers tournois de la saison 2021, Romain Langasque mise beaucoup sur le prochain exercice qui s’élance véritablement à Abu Dhabi le 20 janvier. Tout en gardant en ligne de mire le tout puissant circuit US où il rêve d’évoluer un jour. 

Arrivé à Dubaï (Emirats arabes unis) ce dimanche 9 janvier, Romain Langasque est dans les starting-blocks. Dans moins de quinze jours maintenant, la saison 2022 du DP World Tour s’élancera à Abu Dhabi (20-23 janvier). Après un vrai-faux départ fin novembre au Joburg Open, réduit à deux tours en raison du variant Omicron et entraînant l’annulation des deux autres dates de fin d’année en Afrique du Sud. 

Durant tout le mois de décembre, le vainqueur du Wales Open à l’été 2020 s’est donc accordé un long break en Principauté d’Andorre, où il réside, ne touchant que très rarement les clubs. « Une fois par semaine, j’allais jouer en Espagne, précise-t-il. Mais j’ai surtout fait beaucoup de sport et quasiment coupé avec le golf… En 2021, j’ai été dans une situation un peu délicate. J’ai été obligé d’enchaîner les semaines. J’ai beaucoup joué, avec pas mal de pression en fin d’année. J’avais besoin de couper et de me remettre un peu les idées aux claires en dehors du golf. »

Il ne s’y est remis sérieusement que le 2 janvier, dans le sud de la France, chez lui, du côté de Mandelieu (06), en compagnie de son coach, Mathieu Santerre. Toute cette semaine à Dubaï sera consacrée à un entraînement plus poussé encore avec son coach technique, Mike Walker. 

« En termes d’infrastructures, le sud de la France, il n’y a rien à dire, explique-t-il. Les greens sont top, tout va bien. En revanche, niveau température, malgré un ciel bleu, il fait dix degrés l’après-midi, la balle ne vole pas de la même façon que dans les Emirats. Pour se réadapter, c’est toujours important de rejoindre ces contrées… 

 

Lire la suite de l'article sur