LA FRACTURE, le film qui ose raconter la France des gilets jaunes

Posté par Cinéma Canal le 20 mai 2022
Sélectionné en compétition officielle à Cannes l’an dernier, le dernier long-métrage de Catherine Corsini est un film social et politique qui mêle aussi le drame et la comédie. Et LA FRACTURE reste à ce jour le premier et seul film de fiction d’ampleur sorti au cinéma sur le mouvement des gilets jaunes.
France contre France

Les plus âgés s’en souviennent, « la fracture sociale » est une expression qui a fait florès dans les années 1990, après avoir été reprise notamment par Jacques Chirac. Et comme chacun a pu le constater, ce fossé qui coupe le pays en deux ne s’est pas vraiment comblé ces dernières années, loin de là. À partir de ce constat, Catherine Corsini a voulu réaliser un film qui s’intéresse à cette société française en ébullition et parfois au bord de l’explosion, en mettant face-à-face des personnages que tout oppose dans la cocotte-minute des problèmes de la France d’aujourd’hui : le service des urgences d’un hôpital. C’est là que débarquent les personnages de Raf (Valeria Bruni Tedeschi) et Julie (Marina Foïs), un couple de bourgeoises en instance de séparation, mais qui retardent l’échéance parce que la première a le bras en vrac après être tombée dans la rue en poursuivant la deuxième.

Allongée sur un brancard, Raf déblatère une logorrhée profondément agaçante pour tout le monde : sa compagne qui doit encore la supporter au moins une nuit bien sûr, le personnel soignant de l’hôpital complètement submergé par l’afflux des urgences, et Yann, un chauffeur routier venu manifester avec un gilet jaune sur le dos, mais qui se retrouve dans un fauteuil roulant après avoir été blessé par la police. Forcément, cette confrontation fait des étincelles, d’autant que le plus dur est encore à venir pour les urgences de l’hôpital, confronté à une succession d’événements problématiques alors qu’il est évidemment en manque criant de moyens humains et matériels. Dans ce chaos intense et irrespirable, Catherine Corsini filme l’abnégation des personnels de santé, dont l’infirmière Kim, jouée par une vraie aide-soignante (Aissatou Diallo Sagna), qui débute au cinéma, mais dont la prestation incroyable a été récompensée par le César de la meilleure actrice dans un second rôle en février dernier. Une cérémonie où Pio Marmaï et Valeria Bruni Tedeschi étaient aussi nommés, comme le long-métrage dans les catégories meilleur montage, meilleur scénario original et meilleur film.

Les gilets jaunes, encore rares au cinéma

Avec LA FRACTURE, Catherine Corsini réussit la prouesse d’aborder une multitude de thèmes graves – comme le délabrement de l’hôpital public ou les violences policières – dans un film intense de 98 minutes où les temps morts sont rarissimes, mais en réussissant toujours à créer de petits interstices pour l’humour. Si la réalisatrice s’avoue ouvertement influencée par le cinéma social de Ken Loach comme RAINING STONES (1993), elle a aussi été marquée par la série documentaire CLASSE MOYENNE, DES VIES SUR LE FIL (Frédéric Brunnquell, 2015), et son film tourné caméra à l’épaule se situe d’ailleurs souvent à la frontière entre fiction et réalité. Catherine Corsini ne cache pas non plus que le scénario de LA FRACTURE est en partie inspiré de son expérience personnelle, puisqu’elle a été hospitalisée aux urgences à Paris avec sa compagne le jour du pic du mouvement des gilets jaunes, au début du mois de décembre 2018.

Encore fallait-il oser en faire un long-métrage de fiction, car jusqu’à présent, les gilets jaunes ont surtout engendré la création de documentaires comme J’VEUX DU SOLEIL (Gilles Perret et François Ruffin, 2019), UN PAYS QUI SE TIENT SAGE (David Dufresne, 2020) et UN PEUPLE (Emmanuel Gras, 2022). Le seul autre film de fiction d’envergure à mettre en scène des gilets jaunes dans un rôle important est EFFACER L’HISTORIQUE (2020), la dernière comédie de Gustave Kervern et Benoît Delépine, dont les trois personnages principaux se rencontrent sur un rond-point pendant le mouvement. Il faudra peut-être attendre encore quelques années pour que le cinéma français ose évoquer davantage les gilets jaunes et les problèmes sociaux qu’ils soulevaient... En attendant, ce manque ne fait que renforcer la singularité et le courage de la démarche de Catherine Corsini.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram