Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Rencontres de cinéma : ILLUSIONS PERDUES de Xavier Giannoli

Posté par Aurelien BACOT le 21 octobre 2021
Après Eugénie Grandet, c'est au tour d'un autre roman d'Honoré de Balzac : Illusions perdues de trouver cette année le chemin des écrans de cinéma français. Cette fois, c'est le réalisateur Xavier Giannoli qui signe une nouvelle adaptation somptueuse de ce géant de la littérature. Et pour porter à l'écran ce que beaucoup considèrent comme le roman le plus ambitieux de Balzac, le cinéaste a convoqué face à sa caméra une distribution à la hauteur. Un casting notamment emmené par les comédiens Benjamin Voisin, Vincent Lacoste, Cécile de France et Salomé Dewaels, que Laurie Cholewa a rencontrés pour parler avec eux du long métrage de Xavier Giannoli, de Balzac et de cinéma bien sûr !

Avec cette adaptation, Xavier Giannoli signe un film aux resonnances contemporaines subtiles et jamais tendre envers le monde de la presse. Dans son viseur, le cynisme de l'époque, celle de Balzac et la nôtre, ainsi que les petites plumes qui font et defont les carrières, non pas en fonction de leur goût mais de qui les rémunère le plus.

Il n'en fallait pas plus à Laurie Cholewa pour recevoir les comédiens Benjamin Voisin, Vincent Lacoste, Cécile de France et Salomé Dewaels. L'occasion d'une rencontre unique, au sein même de la demeure parisienne de l'écrivain, durant laquelle Laurie a pu aborder en détails les nombreuses thématiques de ce nouvel opus de Xavier Giannoli. En premier lieu, comment Benjamin Voisin a-t-il vécu de se glisser dans la peau d'un héros de la littérature ?

"Je suis hyper content, car j'ai commencé sans trop avoir peur, et ça continue. Je vis tout ça avec joie, envie et j'espère que ça va rester le plus longtemps comme ça... Quand on nous offre un rôle comme ça et qu'en plus du scénario il y a un roman de 1200 pages écrites par un grand auteur, du coup on a le temps de bien se plonger dedans et de se dire c'est moi, ça va être mon rôle, il va falloir jouer ça !"

A travers le personnage campé par Cécile de France et son histoire d'amour, Xavier Giannoli développe également, tout en subtilité, un propos pertinent sur les carcans de la société à l'époque de Balzac et sur l'évolution de la condition féminine, comme nous l'a expliqué la comédienne :

"C'est une histoire d'amour interdite déjà. Puisque à l'époque les femmes étaient privées de liberté, alors une histoire d'amour avec un jeune homme de 15 ans plus jeune qu'elle c'était absolument scandaleux... Elle est broyée par cette machine atroce des castes sociales."

Et pour incarner le cynisme absolu, que le réalisateur s'emploie à dissèquer ici à l'écran, ce dernier a eu l'intelligence de confier le rôle du "méchant" à l'adorable Vincent Lacoste, qui s'est justement régalé à interpréter ce contre-emploi comme il nous l'a confié :

"C'était très amusant à faire ce personnage, parce que c'est un peu un méchant. Moi on me donne toujours les gentils, parce que j'ai l'air sympathique... En fait c'est très agréable à jouer le cynisme, la méchanceté, j'ai découvert ça. Maintenant je vais faire ça plus souvent."

Alors si vous avez envie d'une plongée spectaculaire dans l'époque et d'un film au propos résolument moderne, courrez voir le nouvel opus de Xavier Giannoli. Vous conserverez toutes vos illusions sur la bonne tenue du cinéma hexagonal !

ILLUSIONS PERDUES actuellement en salles.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram