Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

La Vengeance au Triple Galop, une parodie des soap operas au troisième degré

Posté par Alexis Lebrun le 27 septembre 2021
Réalisée par le duo Alex Lutz-Arthur Sanigou, cette nouvelle Création Originale CANAL+ vient de remporter le prix de la meilleure comédie au Festival de la fiction de La Rochelle. Alignant un casting incroyable et des dialogues complètement régressifs, La Vengeance au Triple Galop est surtout un hommage réussi aux soap operas de notre enfance.
La revanche d’une blonde

Stéphanie Harper (Audrey Lamy) est une femme outragée. À peine mariée avec le champion de marche athlétique Craig Danners (Alex Lutz), cette riche héritière est victime du plan machiavélique de ce dernier, bien décidé à l’assassiner et à maquiller sa mort en accident pour mettre la main sur sa fortune et en jouir avec Crystal Clear (Leïla Bekhti), celle qui est censée être la meilleure pote de Stéphanie mais qui partage déjà le lit de Craig en attendant de la remplacer. Abandonnée dans un ravin et défigurée par un animal sauvage, Stéphanie est heureusement sauvée par Dan (Gaspard Ulliel), un chirurgien esthétique charmant qui fait aussi des miracles avec son visage.

À son réveil, l’héroïne bafouée est une nouvelle femme : adieu Stéphanie et son physique ingrat, bonjour Dolly Pranners (sic), jeune femme blonde et séduisante déterminée à prendre le pouvoir et à rendre la monnaie de sa pièce à Craig, installé avec Crystal Clear dans sa propriété paradisiaque d’Eden, en compagnie de Debby (Izia Higelin), la fille de Stéphanie qui ronge son frein. Ce scénario vous semble un peu too much ? Sachez que c’est absolument normal.

Par amour des soaps

Les deux réalisateurs de La Vengeance au Triple Galop ont visiblement gardé de bons souvenirs des soaps diffusés dans les années 1980, à qui ils rendent hommage en les parodiant. Alex Lutz et Arthur Sanigou se sont en particulier inspirés de La Vengeance aux deux visages, une série australienne visible à partir de 1986 en France, où sa popularité était telle qu’elle a été rediffusée un nombre incalculable de fois.

Le duo déjà à l’œuvre sur Catherine et Liliane puis Stéréo Top sur CANAL+ a mis le paquet sur les références aux soaps de l’époque et à leur imagerie très kitsch (sans parler des choix musicaux, jouissifs), aidés pour l’écriture par Audrey Lamy, Lison Daniel et Thomas Poitevin (ces deux derniers ont été révélés sur Instagram l’an dernier et apparaissent aussi dans de petits rôles). On se délecte de l’absurdité quasiment Dupieusienne des rebondissements et des dialogues, et on croit même déceler une filiation avec l’humour des débuts de Michel Hazanavicius et Dominique Mézerette dans leurs détournements comme La Classe Américaine (1993), avec aussi cette volonté commune de rendre hommage à un certain patrimoine audiovisuel vintage.

Casting incroyable, looks impayables

Au-delà du scénario, il faut parler du soin apporté aux costumes et aux coiffures de La Vengeance au Triple Galop. Entre la perruque permanentée d’Audrey Lamy et la coupe mulet de Gaspard Ulliel, notre cœur balance, mais à bien y réfléchir, rien ne peut égaler l’apparence de François Civil, transformé en concierge de motel miteux fan de baseball avec dents du bonheur, bide à bière et prothèse improbable au bras droit. L'une des forces du film est d'ailleurs de réunir des noms ronflants du cinéma français qui n’ont pas eu peur du ridicule ni de jouer des rôles secondaires mais souvent désopilants.

On pense par exemple à Marion Cotillard ou Karin Viard, assez génialement méchantes et elles aussi affublées de tenues que l’on se contentera de qualifier d’étonnantes pour ne rien spoiler. On ne boude pas non plus notre plaisir de retrouver Bruno Sanches, toujours aussi drôle quand il s'agit de jouer une femme (ça nous avait manqué). Et dire qu’on n’a pas encore cité Guillaume Gallienne et Ingrid Chauvin ! Quant à Audrey Lamy, son personnage de Dolly Praners pourrait bien entrer au panthéon des roles models de la pop culture, car toutes les héroïnes ne portent pas de capes : certaines préfèrent les rideaux ou les anneaux de tringle. Promis, vous comprendrez bientôt cette phrase.

La Vengeance au Triple Galop, disponible à partir du 4 octobre sur CANAL+.