D’OÙ L’ON VIENT, une comédie musicale qui fera date

Posté par Alexis Lebrun le 13 juin 2022
Avec son casting presque entièrement latino-américain, cette adaptation signée Jon Chu et produite par Warner marque un tournant dans un genre où les minorités n’ont historiquement pas été beaucoup plus gâtées qu’ailleurs. Mais D’OÙ L’ON VIENT (2021) n’est pas qu’un film important en matière de représentation, c’est surtout une comédie musicale exaltante comme on n’en voit plus très souvent.
Un hommage vibrant à la communauté latino-américaine

A New York comme à Paris, certains quartiers ont – souvent à tort – plus la cote que d’autres auprès des touristes. Dès les premières minutes, D’OÙ L’ON VIENT s’amuse d’ailleurs de la méconnaissance probable du grand public vis-à-vis du coin où prend place tout le film – Washington Heights –, en montrant deux touristes perdus qui ne sont jamais « allés au-delà de la 96ème rue ». Et pourtant, après y avoir passé près de deux heures trente dans le film de Jon Chu, on n’a qu’une envie : découvrir de plus près ce quartier situé au nord de Harlem et où vit une mosaïque de communautés hispaniques. Ce sont ces dernières qui sont mises en valeur dans D’OÙ L’ON VIENT, via quatre jeunes personnages pleins d’espoirs et ayant grandi « IN THE HEIGHTS », le titre original du film. Il y a d’abord Usnavi (Anthony Ramos), qui a hérité de sa famille une petite épicerie de quartier, mais qui rêve surtout de renouer avec son pays d’origine, la République dominicaine, à moins que son béguin pour Vanessa (Melissa Barrera), une esthéticienne qui voudrait devenir styliste dans la mode, ne bouleverse ses plans.

De son côté, Nina (Leslie Grace) est une étudiante brillante qui pourrait finir ses études à la très prestigieuse fac de Stanford en Californie, si seulement elle en avait les moyens et s’y sentait à sa place. Elle peut heureusement compter sur son père Kevin (Jimmy Smits), le patron d’une entreprise de taxi, ainsi que sur un de ses employés, Benny (Corey Hawkins), le meilleur ami d’Usnavi qui en pince pour elle. Autrement dit, il y a là de jeunes talents sur le point d’exploser (Leslie Gordon va jouer Batgirl dans le film éponyme de DC, Melissa Barrera est la nouvelle star du SCREAM 5 sorti en début d’année) et deux couples en devenir qui vont pouvoir se chercher grâce au pouvoir de la musique et de la danse. Cela tombe bien, le réalisateur Jon Chu est plutôt doué lorsqu’il s’agit de filmer les numéros musicaux : D’OÙ L’ON VIENT contient une ribambelle de chorégraphies impressionnantes, dont une avec un demi-millier de figurants et une autre où Benny et Nina défient les lois de la gravité en dansant sur le mur d’un immeuble.

L’adaptation d’une comédie musicale de Lin-Manuel Miranda

Et si la musique du film est si exaltante, ce n’est pas un hasard, puisque D’OÙ L’ON VIENT est une adaptation de la comédie musicale imaginée par Lin-Manuel Miranda et jouée à Broadway à partir de 2008 (IN THE HEIGHTS), grâce à laquelle il a été récompensé pour la première fois aux Tony Awards, avant la déferlante HAMILTON (2015) qui a fait de lui le nouveau pape de la comédie musicale américain. Un statut confirmé l’an dernier, où il a réalisé sa première comédie musicale pour Netflix avec Andrew Garfield dans le rôle de Jonathan Larson, TICK, TICK… BOOM!. En produisant cette adaptation de IN THE HEIGHTS où il joue également un petit rôle, Miranda a voulu rendre hommage à un quartier qui est toujours le sien, et à une communauté qui reste très peu représentée dans les blockbusters hollywoodiens.

Le simple fait que les rôles principaux de ce film Warner soient confiés à des acteurs hispaniques peu connus du grand public est donc en soi un petit événement, d’autant qu’il s’agit de personnages positifs, même si D’OÙ L’ON VIENT est porteur de quelques messages politiques, par exemple sur les mesures qui visent les migrants latino-américains. Il n’est pas étonnant non plus de retrouver Jon Chu derrière la caméra, dans la mesure où le réalisateur américain avait déjà rencontré un grand succès avec la comédie romantique CRAZY RICH ASIANS (2018), premier long-métrage de grand studio hollywoodien avec un casting majoritairement composé d’acteurs aux origines asiatiques. En raison de la pandémie, D’OÙ L’ON VIENT n’a pas pu rencontrer le même succès, mais l’essentiel est ailleurs : il s’agit d’un film qui fera date, et que l’on espère voir suivi par beaucoup d’autres pour célébrer la beauté de la diversité au cinéma.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram