INVISIBLE MAN : Elisabeth Moss dans une adaptation féministe d'H.G. Wells

Posté par Alexis Lebrun le 11 janvier 2022
Avec son troisième long-métrage en tant que réalisateur, l’Australien Leigh Whannell décolle véritablement en réinventant de façon effrayante le classique de H.G. Wells à l’ère post-#MeToo. Mais outre l’originalité de son scénario, INVISIBLE MAN se distingue surtout grâce à l’implication totale d’Elisabeth Moss, à l’aise comme pas deux dans ce grand rôle engagé.
Réinvention totale

Précisons-le d’emblée, le film de Leigh Whannell n’a absolument pas été pensé comme une adaptation fidèle du célèbre roman de science-fiction de l’écrivain britannique, et c’est une excellente chose. Car cet INVISIBLE MAN (2020) adopte une toute nouvelle perspective : celle d’une femme qui est la victime de l’homme invisible. Incarnée par Elisabeth Moss, la malheureuse Cecilia est en couple avec un scientifique aussi blindé qu’intelligent (Oliver Jackson-Cohen), mais surtout dangereusement violent, manipulateur et abusif. Pour le dire clairement, on ne sait pas très bien s’il s’agit d’un psychopathe ou d’un sociopathe, mais une chose est certaine, il exercice une réelle emprise psychologique sur sa compagne, qu’il terrorise au quotidien. Une nuit, le vase déborde et Cecilia décide de fuir chez sa sœur, et deux semaines après, on lui annonce que son ex se serait suicidé en lui léguant un très gros pactole.

Tout cela semble bien trop gros pour être vrai, et Cecilia reste vigilante, car elle commence à être confrontée à des phénomènes étranges qui l’incident à se demander si elle n’est pas en train de devenir zinzin. Alors que son entourage a vite fait de croire qu’elle est hantée par le réveil de sa mémoire traumatique, Cecilia voit bien que quelque chose ne tourne pas rond autour d’elle. Ou plutôt, un quelqu’un qu’elle ne peut pas voir mais dont elle ressent la présence à chaque instant. On n’en dira pas plus afin de préserver le mystère et les twists, mais il faut se cramponner à son siège, car le long-métrage réserve quelques morceaux de bravoure réellement flippants, dont se délecteront les adeptes de thrillers psychologiques et de films d’épouvante à l’ancienne qui ne misent pas tout sur le gore, même si une certaine scène située dans un couloir d’hôpital n’en manque pas vraiment.

L’homme invisible, un mythe maintes fois porté à l'écran

Depuis sa première adaptation en long-métrage par James Whale en 1933, le livre de H.G. Wells a été réutilisé un nombre incalculable de fois par le cinéma, avec des résultats pour le moins inégaux. Quelques grands noms ont bien essayé de s’attaquer à ce grand classique, mais ni LES AVENTURES D'UN HOMME INVISIBLE (1992) de John Carpenter, ni le HOLLOW MAN : L'HOMME SANS OMBRE (2000) de Paul Verhoeven (2000) n’arrivent à la cheville de leurs meilleurs films. On finit même par se dire qu’en s’éloignant beaucoup du texte, cette version de Leigh Whannell est sans doute la meilleure, en tout cas la plus originale et la plus inspirée. Et cette grande réussite est quand même une relative surprise, car on n’imaginait pas forcément le réalisateur australien se hisser à ce niveau dès son troisième film.

Certes, son précédent essai (UPGRADE, sorti en 2018) constituait une percée déjà très convaincante dans le domaine de la science-fiction, mais celui qui a d’abord commencé comme acteur et surtout scénariste des films de James Wan – dont SAW (2004), DEAD SILENCE (2007) et INSIDIOUS (2011) – avait fait des débuts discrets à la réalisation avec INSIDIOUS : CHAPITRE 3 (2015). Et pourtant, avec INVISIBLE MAN, Leigh Whannell prouve qu’il n’est pas qu’un scénariste fort doué, et qu’il faudra bien compter sur lui à l’avenir. Cela étant dit, il ne tournera peut-être pas toujours avec des actrices de la trempe d’Elisabeth Moss. Déjà célèbre pour ses rôles inoubliables d’icônes féministes dans les séries MAD MEN (Matthew Weiner, 2007) et THE HANDMAID’S TALE (Bruce Miller, 2017), l’actrice californienne montre une nouvelle fois qu’il n’y a pas plus à l’aise qu’elle lorsqu’il s’agit d’être à l’avant-garde des femmes qui se révoltent contre leur condition. Et leur invisibilisation.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram