Pluri(elles) : cet été, la diversité des héroïnes est à l’honneur sur CANAL+

Posté par Alexis Lebrun le 8 juillet 2022
Du 15 juillet au 26 août, les cinéphiles pourront retrouver sur la chaîne cryptée certains des personnages féminins les plus marquants apparus ces derniers mois au cinéma. Du rape and revenge au biopic musical en passant par le film d’époque et le documentaire, ce sont pas moins de 17 films et 7 courts-métrages qui seront disponibles pendant l’été sur CANAL+.
Deux films qui ont fait l’événement

Honneur à la « Reine de la Soul » décédée en 2018, puisque cette programmation estivale spécial comptera le bien nommé RESPECT (Liesl Tommy, 2021), biopic rendant hommage au parcours hors du commun d’Aretha Franklin. Cette dernière est solidement incarnée par la très talentueuse Jennifer Hudson, dont on sait qu’elle a été choisie par Franklin elle-même pour jouer son rôle. Le projet est resté une arlésienne pendant longtemps et sa sortie n’a pas été aidée par la pandémie, mais RESPECT vaut le détour, ne serait-ce que pour entendre Hudson chanter avec une bonne dose de grâce les grands standards d’Aretha Franklin. Et le film ne manque pas d’ambition, puisqu’il entreprend de retracer les trente premières années de la vie de l’artiste, et donc son ascension tumultueuse vers les sommets, doublée d’une vie privée pour le moins compliquée.

Compliquée, la vie de Cassie (Carey Mulligan) l’est aussi. Dans le brûlot féministe PROMISING YOUNG WOMAN (Emerald Fennell, 2021) – qui a tant fait parler l’an dernier et qui a récolté l’Oscar du meilleur scénario original –, cette « jeune femme pleine d’avenir » tente d’apaiser ses démons liés au viol et à la mort de sa meilleure amie. Et elle le fait la nuit, en utilisant tous ses talents pour donner une leçon aux agresseurs, en attendant que l’heure de la vengeance sonne. Réinvention brutale du genre « rape and revenge », PROMISING YOUNG WOMAN fait d’Emerald Fennell une scénariste-réalisatrice à surveiller de près, et il vient rappeler qu’on voudrait voir Carey Mulligan tourner plus souvent.

Au rayon cinéma international, la sélection « Pluri(elles) » comprend aussi THE DESPERATE HOUR (Philip Noyce, 2021), thriller minimaliste avec Naomi Watts, BLACK WIDOW (Cate Shortland, 2021), blockbuster des adieux de Scarlett Johannson à la Veuve noire et au MCU, LE DERNIER DUEL (Ridley Scott, 2021), brillant plaidoyer féministe du réalisateur culte, BENEDETTA (Paul Verhoeven, 2021), le retour très chaud du cinéaste néerlandais, ou encore JULIE (EN 12 CHAPITRES), magnifique portrait de femme avec lequel Joachim Trier et Renate Reinsve ont embrasé Cannes l’an dernier.

Des héroïnes françaises passionnantes

Des beaux portraits de femmes, le cinéma français sait en proposer aussi, comme l’illustre la présence dans cette sélection de ROSE (2021), premier long-métrage d’Aurélie Saada, où l’ancienne moitié des Brigitte offre à Françoise Fabian un rôle émouvant de veuve qui doit réapprendre à vivre pour elle après la mort de son mari – qui était tout pour elle. Difficile aussi de résister à l’énergie folle déployée par Laure Calamy dans UNE FEMME DU MONDE (Cécile Ducrocq, 2021), dans lequel l’actrice césarisée en 2021 – et à nouveau nommé pour ce rôle cette année – interprète une prostituée qui se dépouille en espérant payer les études de son fils. Ce film est le premier long-métrage de Cécile Ducrocq, scénariste-réalisatrice déjà remarquée sur une série réussie, L’Opéra (OCS).

Premier film aussi, UNE JEUNE FILLE QUI VA BIEN (2022) marque la première incursion de Sandrine Kiberlain derrière la caméra. L’actrice a confié à l’exceptionnelle Rebecca Marder le rôle d’une jeune fille juive qui rêve de devenir comédienne, dans le Paris occupé de 1942… Enfin, il faut absolument voir ROUGE (2021), le deuxième long-métrage de Farid Bentoumi, où une autre excellente actrice (Zita Hanrot) brille dans la peau d’une jeune femme qui enquête (avec Céline Sallette en journaliste) sur un scandale écologique et sanitaire dans l’usine où travaille son père (Sami Bouajila) et où elle vient elle-même d’être embauchée. Entre thriller et film dossier, ROUGE figurait dans la sélection cannoise en 2020. Et si vous avez raté TITANE (Julia Ducournau, 2021), la Palme d'Or 2021, ou encore LA FRACTURE (Catherine Corsini, 2021), qui était en compétition officielle la même année, il n'est pas trop tard, puisqu'ils figurent tous les deux dans cette sélection estivale Pluri(elles) de CANAL+.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram