PROMISING YOUNG WOMAN, le thriller cent pour sang féministe

Posté par Marc Larcher le 31 mai 2022
Ce premier film met en scène Carey Mulligan dans le rôle d’une jeune femme prête à tout pour venger le viol et la mort de sa meilleure amie. Les hommes qu'elle rencontre vont-ils retenir la leçon ?
Un thriller post #metoo

Le mouvement #metoo n’a pas seulement à jamais changé la société et bousculé le milieu du cinéma, il nourrit aussi les scénarios d’une nouvelle génération de longs-métrages. Avec TITANE (2021) de Julia Ducournau, PORTRAIT DE LA JEUNE FILLE EN FEU (2019) de Céline Sciamma, THE ASSISTANT sur l’affaire Weinstein ou même le film turc MUSTANG (2015), certains films prennent le mouvement à bras le corps et mettent littéralement la masculinité toxique à terre, un flingue sur la tempe.

Une vengeance très élaborée

À bientôt trente ans, Cassie Thomas vit toujours chez ses parents et travaille dans un petit café. Avant ça, elle était une brillante étudiante en médecine promise à un grand avenir professionnel. Seulement, sa meilleure amie Nina s'est faite violer lors d'une soirée étudiante et Cassie a tout quitté pour lui venir en aide. Cela n’a malheureusement pas suffi car peu de temps après, Nina s’est donnée la mort. Un événement qui a profondément traumatisé Cassie au point où chaque soir, elle se rend en boîte de nuit, elle feint l'ivresse dans l’espoir d'attirer un potentiel abuseur. Une fois chez lui, si ce dernier tente de profiter d'elle, elle lui donne une bonne leçon. Cette routine va être à son tour bouleversée lorsqu’un jour, elle rencontre un ancien camarade d'université, Ryan Cooper, qu'elle commence à fréquenter. Quand Ryan laisse entendre qu'il est encore en contact avec leurs autres camarades et que le violeur de Nina, Al Monroe, est sur le point de se marier, Cassie décide de venger définitivement sa défunte amie en faisant payer le crime au violeur et à tous ceux qu'elle tient pour responsables du viol et de la mort de son amie. Bien sûr, son projet va se transformer en parcours du combattant. Un par un, chaque complice de la non-dénonciation du crime initial va subir une punition comme dans LA MARIEE ETAIT EN NOIR (1968) de François Truffaut, un classique dans lequel Jeanne Moreau venge son défunt mari de ses bourreaux en les séduisant. Avec PROMISING YOUNG WOMAN, on retrouve également dans ce premier long-métrage de la réalisatrice Emerald Fennel la veine de certains films de justicier au féminin. On pense à L’ANGE DE LA VENGEANCE (1981) d’Abel Ferrara où une jeune femme muette flingue ses violeurs puis attire les hommes pour mieux les éliminer, à THELMA & LOUISE (1991) de Ridley Scott, à CARRIE (1976) de Brian de Palma ou le méconnu COMMENT SE DEBARRASSER DE SON PATRON (1980) dans lequel Jane Fonda et ses collègues secrétaires font tout pour tuer leur patron sexiste.

Carey Mulligan comme on ne l’a jamais vue

Ce thriller particulièrement malin est aussi l’occasion de saluer le talent de son actrice principale Carey Mulligan capable de scène en scène de jouer la vamp qui chauffe les clients des boîtes de nuit, la fille bourrée au bord du coma éthylique, celle qui prépare un plan de vengeance machiavélique ou la jeune femme séduite malgré tout par la gentillesse de son futur boyfriend. Derrière son rôle de caméléon, la comédienne, déjà excellente dans DRIVE de Nicolas Winding Refn et dans SHAME de Steve McQueen, laisse voir une autre lecture du film, l’importance du deuil car si Cassie élabore tous ces plans au risque de se perdre elle-même, c’est qu’elle n’a toujours pas digéré la mort de son amie. C'est une des leçons du film, les crimes fonctionnent comme un ricochet qui touche l'eau, chaque personne concernée de près ou de loin, sera touchée avec le temps. Et ce, jusqu'à sombrer parfois dans la folie.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram