CITY OF LIES : Quand Johnny Depp résout le meurtre du rappeur Biggie

Posté par Marc Larcher le 6 décembre 2021
Inédit aux Etats-Unis, le très documenté thriller CITY OF LIES s’attaque avec brio à l’affaire qui empoisonne la police de Los Angeles et intrigue le monde entier depuis 20 ans.
Johnny Depp au sommet de son art

Deux des meilleurs acteurs de leur génération, une affaire qui tient en haleine le monde depuis plus de vingt ans et un événement clef de la pop culture. En s’intéressant aux assassinats des rappeurs Biggie et Tupac entre 1996 et 1997, CITY OF LIES s’attaque à un très gros morceau de l’histoire américaine et réussit haut la main son pari. Dès le générique, l’utilisation de « Killing In The Name » de Rage Against The Machine donne le ton. On est plongé dans l’atmosphère viciée du Los Angeles des années 90 entre rap, coups de feu et tensions raciales. Habilement, le fait divers a priori anodin qui ouvre le récit – une embrouille entre deux automobilistes à un feu rouge qui s’achève en meurtre – introduit par petites touches l’enquête inachevée sur la mort des rappeurs et son auteur, Russell Poole, détective de la police de Los Angeles. C’est un excellent Johnny Depp, vieilli, usé mais retors qui l’interprète : « Je suis obsédé par la vérité, c’est ma maladie » dit son personnage. Loin des blockbusters, l’acteur continue son travail de retour aux sources (qu’il poursuivra en 2020 avec MINAMATA dans lequel il joue le rôle du grand photographe Eugene Smith). On l’a rarement vu aussi précis, déterminé, presqu’en retrait pour incarner ce flic qui marche sur des œufs, conscient qu’il risque sa carrière et sa peau en travaillant sur un meurtre que personne ne veut véritablement voir résolu. Plutôt que de se contenter de poser les données complexes de l’affaire, le film de Brad Furman prend carrément partie en s’appuyant sur le livre-document LAbyrinth de Randall Sullivan (2002), qui fit scandale à sa sortie en liant les meurtres des deux stars du rap à l’affaire de corruption dans la police du quartier de Rampart. C’est donc autant un divertissement hollywoodien, un vrai bon thriller, qu’un film criant sa part de vérité. En l’occurrence, celle du livre selon lequel Biggie aurait été tué sur ordre du patron du label Death Row, Suge Knight, en employant des flics corrompus.

Deux solitudes face à une montagne de mensonges

CITY OF LIES fonctionne grâce un étonnant jeu de flash-backs entre de véritables images d’archives, l’enquête initiale du flic et celle, vingt ans plus tard, du journaliste Jack Jackson – Forrest Whitaker - qui après avoir retrouvé Russell Poole, veut comprendre pourquoi son travail n’a pas abouti à l’époque. La scène de leur rencontre dans l’appartement de ce dernier, entièrement consacré à son investigation, vaut déjà son pesant d’or. On assiste ainsi à une rencontre entre deux solitudes, deux personnes brûlées par leur métier à qui ils donnent tout. Ce récit fonctionne d’autant mieux que les multiples seconds-rôles, en particulier chez les policiers, Shea Wigham en tête, sont eux aussi excellents. L’affaire est un sac de nœuds, il est impossible aux enquêteurs de se fier à quiconque, les policiers et agents du FBI sont infiltrés partout, les gangs sont tout puissants et la tension dans la ville ne baisse jamais d’un cran.

Un quasi documentaire sur la corruption de la police

Ainsi ce qui aurait pu être une exploration classique des gangs et du monde du hip hop, prenant tout son temps pour mettre en scène la vie des deux stars tombées trop tôt, Biggie et Tupac, ressemble plutôt une reconstitution réussie des arcanes d’une police corrompue. Achevé en 2018, le film n’est jamais sorti aux Etats-Unis. Tout d’abord à cause d’un procès entre Johnny Depp et un membre de l’équipe de tournage, puis, murmure-t-on, à cause de pressions de la police de la ville ne voulant pas être dépeinte ainsi, puis enfin pour empêcher la veuve de Biggie d’attaquer en justice la police. C’est donc un long-métrage maudit qui en dit trop sur une affaire encore brûlante et officiellement non-résolue, que les spectateurs français vont découvrir en avant-première.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram