Rencontres de cinéma : CHÈRE LÉA de Jérôme Bonnell

Posté par Aurelien BACOT le 15 décembre 2021
A l’occasion de la sortie en salles ces jours-ci du nouveau long métrage de Jerôme Bonnell, déjà remarqué pour ses films LE TEMPS DE L’AVENTURE et A TROIS ON Y VA, Laurie Cholewa a invité sur le plateau de Tchi Tcha les comédiens Grégory Montel et Grégory Gadebois. Une rencontre qui a permis d’évoquer avec eux les raisons qui les ont motivés à participer à ce nouveau projet du cinéaste, l’ambiance sur le tournage. Ne manquait qu'Anaïs Demoustier, qui campe avec un talent jamais démenti cette chère Léa autour de laquelle se construit un récit tout en justesse et en drôlerie.

Nouveau venu dans l’univers du cinéaste, Gregory Montel a confié au micro de Laurie ses impressions sur cette première collaboration et ce qui l’a séduit dans son travail avec Jerôme Bonnell :

« Jouer dans un film de Jerôme Bonnel, c’est quand même rentrer dans un monde très intéressant. Un monde extrêmement littéraire, il y a du texte de partout, c’est très agréable d’interpréter ces mots-là. Et les personnages qui gravitent autour sont merveilleusement bien écrits. Chaque personnage a une existence et vient toujours rappeler l’histoire du personnage principal. »

Ami de longue date du réalisateur, Gregory Gatebois est revenu pour nous sur l’essence du cinéma de Jerôme Bonnel, et sur la douceur qui caractérise sa filmographie.

« Je pense qu’un metteur en scène ressemble toujours à un moment ou à n autre à ses films. Jérôme ce n’est pas quelqu’un de violent et de brutal. Et c’est vrai que ses films sont très doux, délicats. Il y a quelque chose de très fin que moi j’aime beaucoup. »

Élément central du récit, la lettre que rédige le personnage campé par Gregory Montel dans le film, a une histoire bien particulière que le comédien a révélée pour nous au micro de Laurie :

« Jerôme Bonnell m’a fait rédiger cette lettre un mois avant le tournage, parce qu’il fallait que toutes les feuilles que l’on voit dans le film soient manuscrites. Jérôme m’avait envoyé les correspondances entre Camus et Maria Casarès, qui avaient une relation un peu complexe, très passionnelle pour le coup, dont je me suis un peu servi. Et puis je crois que j’ai écrit 60 feuilles recto-verso ce qui fait 120 pages toutes manuscrites, et je vous avoue que j’étais un peu en écriture automatique. Je réglai mes comptes avec mon voisin qui parlait trop fort ou mes enfants qui m’em… profondément. Et puis parfois aussi j’y mettais un peu de moi, je me suis bien amusé. C’est Jérôme qui l’a gardée et qui m’a promis qu’il ne la lirait pas. »

Alors si vous voulez connaitre la conclusion de cette lettre enflammée et le dernier mot de cette histoire envoûtante réalisée par Jerôme Bonnell, on ne peut que vous conseiller de vous ruer en salles, pour un moment de douceur et de drôlerie comme on en vit  rarement au cinéma.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram