Rencontres de cinéma : LES CHOSES HUMAINES d'Yvan Attal

Posté par Aurelien BACOT le 1 décembre 2021
Pour accompagner la sortie en salles du nouveau long métrage d'Yvan Attal, Laurie Cholewa a invité l'équipe du film sur le plateau de Tchi Tcha avec en tête son réalisateur, très bien entouré des comédiens Suzanne Jouannet et Ben Attal. L'occasion de revenir avec eux sur le sujet, ô combien d'actualité, du film. Puisque rappelons-le, LES CHOSES HUMAINES aborde tout en subtilité et avec intelligence, la question pourtant épineuse du consentement.

En adaptant ce roman éponyme de la romancière Karine Tuil (Prix Interallié et Goncourt des Lycéens 2019), Yvan Attal a confié à Laurie avoir ressenti un réel sentiment d'urgence. Au point même de mettre en pause un autre projet en cours. Ce qui malgré le contexte de la crise sanitaire, aura permis à ce long métrage d'une puissance indéniable d'arriver sur nos écrans dans un temps record, et ce moins de deux ans après la sortie du roman.

"Quand je suis tombé sur le livre je m’apprêtais à faire un autre film en vérité. C'était sur la promotion de MON CHIEN STUPIDE. Et quand j'ai lu le livre je me suis dit qu'il fallait prendre les droits, et j'ai réalisé qu'il valait mieux l'adapter tout de suite. Les choses sont allées vite parce que le livre était très documenté, donc c'était une adaptation assez facile. Et du coup on a tourné très vite malgré le fait d'être arrêté à cause du confinement, etc.. Et nous voilà très peu de temps après la sortie du livre pour la sortie du film !"

Un film parfaitement ancré dans son époque, dans lequel il est donc logique et réjouissant de retrouver une nouvelle génération de comédiens. En tête les jeunes et convaincants acteurs Ben Attal et Suzanne Jouannet, laquelle livre une prestation époustouflante en trouvant ici un premier grand rôle vraiment à la hauteur de son talent.

"C'était hyper puissant évidemment. Je n'aurais jamais imaginé en lisant que ça allait être aussi fort. Je n'ai pas de mots, je pense qu'on le voit à l'écran. C'était lourd, c'était puissant et j'étais fière ! J’espérais avoir le rôle parce que je l'avais lu avant..."

Si les deux rôles principaux sont campés par ces jeunes comédiens qui portent littéralement le film sur leurs épaules, Yvan Attal a su réunir autour d'eux une distribution quatre étoiles avec, excusez du peu, la fine fleur du cinéma français. Matthieu Kassovitz, Charlotte Gainsbourg, Pierre Arditi, Benjamin Lavernhe et Audrey Dana pour ne citer qu'eux.

Une des grandes réussites de ce long métrage, qui pour sûr ne laissera personne indemne, est de parvenir à placer le spectateur dans une position de juré et ce sans jamais lui donner de certitudes bien au contraire. Une position qui suscite au fil d'un scénrio ciselé, autant de questionnements quant à l'innoncence ou la culpabilité des protagonistes, que d'interrogations pertinentes sur la responsabilité de juger et de rendre la justice. Comme nous l'explique justement Yvan Attal :

"Au-delà des grandes questions sur le consentement, la zone grise, il y a aussi le rôle de la justice qui m'a énormément intéressé. Je suis donc le père d'un garçon mais j'ai aussi des filles. Et du coup en lisant le livre, j'étais trimbalé à gauche à droite. Je ne savais pas. Je pouvais m'identifier à tous les personnages. Et je me suis dit : quelle difficulté d'avoir à juger et c'est une des grandes questions aujourd'hui."

De jeunes comédiens prometteurs accompagnés d'une distribution confirmée, tous mis au service d'un scénario au cordeau par un chef d'orchestre inspiré par son temps. Avec LES CHOSES HUMAINES Yvan Attal signe un neuvième long métrage au messge aussi fort qu'actuel, qui invite à la réflexion et qui mérite à coup sûr que vous fonciez le découvrir en salles !

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram