RIDERS OF JUSTICE : Mads Mikkelsen dans une comédie noire digne des frères Coen

Posté par Alexis Lebrun le 22 septembre 2021
À mi-chemin entre drame familial, comédie noire et action pure, la dernière collaboration entre le réalisateur danois Anders Thomas Jensen et Mads Mikkelsen est un petit bijou d’objet filmique non identifié. Bonne nouvelle : RIDERS OF JUSTICE (2020) est visible pour la première fois en France sur CANAL+.
Vigilante movie tordu

Il vaut mieux ne pas chercher des noises à Markus. Quand ce militaire déployé en Afghanistan apprend que la mort de sa femme dans un accident ferroviaire n’est peut-être pas si fortuite que cela, il se transforme en une sorte d’ange exterminateur digne des héros de vigilante movies des années 1970. Incarné par un Mads Mikkelsen plus flippant que jamais – boule à zéro et barbe fournie qui surplombent un physique d’armoire à glace – ce personnage à la gâchette facile se retrouve secondé dans sa mission par une bande de geeks pas vraiment enclins à faire usage de la violence. L’un d’entre eux, Otto (Nikolaj Lie Kaas, avec lui aussi un look impayable de scientifique) est en fait un rescapé du drame, et c’est ce statisticien qui convainc Markus de la possibilité d’un attentat.

Il fait appel aux services de deux autres nerds aussi peu habitués que lui aux armes à feu, et avec l’aide de Mathilde, la fille endeuillée de Markus, ce quintet hétéroclite se lance sur la trace des « Riders of Justice », un gang qui semble bien impliqué dans cet attentat. Mais en dépit des apparences, le long-métrage d’Anders Thomas Jensen est bien plus qu’un simple revenge movie. Bourré d’humour noir digne du meilleur des frères Coen, RIDERS OF JUSTICE lorgne parfois aussi du côté d’une certaine violence tarantinesque, même si le rappel à la réalité du drame n’est jamais loin. Markus et Mathilde affrontent une perte brutale et indicible, et tous les personnages semblent lutter contre une forme de mal-être dont on devine le sérieux derrière les dialogues drolatiques dont Anders Thomas Jensen a toujours été coutumier.

Anders Thomas Jensen et Mads Mikkelsen, un couple inséparable

RIDERS OF JUSTICE est le cinquième long-métrage du réalisateur et scénariste danois, qui a eu la chance de pouvoir compter à chaque fois sur la présence au casting de Mads Mikkelsen. Leur collaboration a commencé il y a plus de vingt ans quand l’acteur venait d’être révélé pour son rôle dans PUSHER (Nicolas Winding Refn, 1996). Dans LUMIÈRES DANSANTES (2000), le penchant d’Anders Thomas Jensen pour la comédie noire était déjà plus que perceptible : Mads Mikkelsen y incarnait un gangster à la petite semaine réfugié avec ses amis d’enfance dans une cabane en forêt, pour se protéger d’un gang impitoyable à qui ils avaient volé une grosse somme d’argent. Mais c’est avec LES BOUCHERS VERTS (2003) que le duo franchit un vrai palier dans le registre de l’humour noir. Mads Mikkelsen y joue un boucher qui rencontre un succès grandissant en vendant de la viande humaine à l’insu de sa clientèle totalement accro à ses produits, ce qui pose évidemment un problème d’approvisionnement en cadavres…

Deux ans plus tard, Anders Thomas Jensen commence à insérer une dimension dramatique dans le très absurde ADAM'S APPLES (2005), où Mads Mikkelsen interprète cette fois un pasteur qui croit dur comme fer à la bonté intrinsèque de l’humanité, même s'il est sérieusement ébranlé dans ses convictions par les coups de sang des anciens taulards qu’il accueille (dont un néo-nazi) pour tenter d’œuvrer à leur réinsertion dans la société. Mais le pasteur souffre lui-même d’un passé très difficile, et il n’est pas non plus à l’abri de la folie… Il faudra ensuite attendre 2015 pour retrouver le couple Mikkelsen-Jensen, mais l’attente en valait la peine. MEN & CHICKEN (2015) est un film complètement fou, où deux frères (Mikkelsen est l'un des deux) apprennent à l’occasion du décès de leur père que ce dernier n’est pas leur géniteur. Ils se mettent en quête de rencontrer leur famille biologique, mais découvrent avec horreur que celle-ci vit en autarcie sur une île, dans une maison délabrée et envahie par des animaux de la ferme. Quant à leurs trois frères biologiques, ce sont des excentriques qui semblent ne pas connaître grand-chose aux us et coutumes de la civilisation. Jamais peut-être Anders Thomas Jensen n’avait été aussi loin dans l’absurde, mais le long-métrage est aussi plus sérieux qu’il n’y paraît, et son final hallucinant ne doit pas faire oublier sa jolie réflexion sur le thème de la famille, que l’on retrouve également quelque peu dans RIDERS OF JUSTICE.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram