SHANG-CHI ET LA LÉGENDE DES DIX ANNEAUX, un Marvel historique

Posté par Alexis Lebrun le 4 juillet 2022
Dans une année 2021 contrastée pour les films de super-héros, le long-métrage de Destin Daniel Cretton a fait partie des heureuses surprises. Premier projet du MCU à mettre en scène un personnage principal asiatique, SHANG-CHI ET LA LÉGENDE DES DIX ANNEAUX est aussi un film d’action solide avec des combats chorégraphiés très spectaculaires.
Tu seras un tueur, mon fils

Dans le MCU (univers cinématographique Marvel), qui dit nouveau super-héros dit souvent « origin story » pour découvrir la source de ses pouvoirs, et c’est ce bien ce à quoi Shang-Chi a droit. Apparu pour la première fois dans les comics Marvel dans les années 1970 – âge d’or des films de kung-fu –, c’est un spécialiste chinois des arts martiaux. Et des combats à mains plus ou moins nues, il y en a évidemment beaucoup dans SHANG-CHI ET LA LÉGENDE DES DIX ANNEAUX. Notamment entre notre héros et son horrible père Xu Wenwu (Tony Leung), le parrain de l’organisation terroriste des Dix Anneaux, possesseur de bracelets qui lui donnent accès à des pouvoirs assez surpuissants. On l’a dit, le monsieur n’est pas du genre commode : il a entraîné son fils pour en faire un tueur très précoce, mais puisque Shang-Chi (incarné par le nouveau venu Simu Liu) n’avait pas trop envie de reprendre cette petite entreprise criminelle familiale, il a fui à San Francisco où il vit sous une fausse identité avec sa pote Katy (Awkwafina), qui assure à elle seule toute la dimension comique du film.

Mais comme tout le monde le sait, les super-héros ne peuvent pas échapper à leur passé, et Shang-Chi est retrouvé par le très costaud Razor Fist (Florian Munteanu), ce qui donne une séquence d’action assez incroyable dans un bus lancé à pleine vitesse dans les rues très pentues de San Francisco. Et de ce côté, le long-métrage de Destin Daniel Cretton – réalisateur de LA VOIE DE LA JUSTICE en 2019 avec Brie Larson, l’interprète de Captain Marvel dans le MCU – assure méchamment : les coordinateurs des combats Brad Allan (décédé juste avant la sortie du film, qui lui est dédié) et Andy Cheng, anciens de la mythique « Jackie Chan Stunt Team » ont mis le paquet pour incorporer avec succès un maximum de styles de combat, du tai-chi au wing chun en passant par le wushu et le muay-thaï.

Le MCU, un long chemin vers plus de diversité

Très respectueux et réussi dans son hommage à différentes facettes de l’histoire et de la culture asiatiques, SHANG-CHI ET LA LÉGENDE DES DIX ANNEAUX bénéficie aussi de la présence de certaines légendes du cinéma asiatique, comme les immenses Michelle Yeoh, James Bond girl inoubliable de DEMAIN NE MEURT JAMAIS (Roger Spottiswoode, 1997) et Tony Leung, indissociable de l’œuvre de du Hongkongais Wong Kar-wai. Mais le casting historique du film – majoritairement asiatique pour la première fois de l’histoire du MCU – accueille aussi quelques nouveaux talents comme la débutante Meng'er Zhang (dans le rôle de la sœur badass de Shang-Chi, Xu Xialing) et surtout Awkwafina, que l’on ne présente plus depuis son Golden Globe reçu pour l’émouvant L’ADIEU (Lulu Wang, 2019) et son travail de doublage dans RAYA ET LE DERNIER DRAGON (Don Hall et Carlos Lopez Estrada, 2021). Quelques années après l’énorme carton et la révolution promise culturelle promise par BLACK PANTHER (Ryan Coogler, 2018), Marvel Studios continue donc d’œuvrer pour une meilleure représentation des différentes minorités, mais le chemin est encore long.

En parlant du MCU, SHANG-CHI ET LA LÉGENDE DES DIX ANNEAUX fait également le lien avec quelques autres personnages de l'univers Marvel, qui apparaissent notamment dans les fameuses scènes post-générique. On ne vous précise pas lesquels pour éviter de spoiler, mais on peut en revanche dire que le film revient aux origines du MCU : quiconque a déjà vu IRON MAN (Jon Favreau, 2008) et IRON MAN 3 (Shane Black, 2013) a forcément déjà entendu parler de l’organisation des Dix Anneaux, du Mandarin et d’un certain Trevor Slattery. Et la mayonnaise a plutôt bien pris, puisqu'avant avant le succès gigantesque de SPIDER-MAN: NO WAY HOME (Jon Watts, 2021), le film de Destin Daniel Cretton était le plus gros succès du MCU l’an dernier, devant BLACK WIDOW (Cate Shortland) et LES ÉTERNELS (Chloé Zhao). Disney ne s’y est pas trompé, et une suite a déjà été annoncée.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram