THE LAST SON : Sam Worthington dans un western, ça défouraille à tire-larigot

Posté par Alexis Lebrun le 10 décembre 2021
Depuis sa découverte par le grand public dans AVATAR (James Cameron, 2009), l’acteur australien s’est dirigé avec un certain succès vers le cinéma indépendant, en attendant son retour dans les prochains épisodes de la saga du réalisateur canadien. Il le prouve encore une fois en imposant sa présence physique menaçante dans THE LAST SON (2021), premier western brutal de Tim Sutton.
Tel père, tel fils

Isaac LeMay (Sam Worthington), l’anti-héros au centre de THE LAST SON, est une authentique ordure. Il a passé sa vie à trouer la peau des peuples autochtones d’Amérique, et au lieu de profiter de sa retraite de cow-boy fatigué de dégainer son Colt, le voilà qui traque tous ses enfants nés de ses parties de jambes en l’air avec des femmes de petite vertu pour les éliminer un à un. Mais pourquoi tant de haine ? L’explication tient à une prophétie un brin flippante selon laquelle il a été maudit par un chef Cheyenne pour ses innombrables meurtres. Son destin est d’être tué par l’une de ses progénitures, et comme Isaac n’est pas du genre à prendre le moindre risque, il décide de liquider toute sa descendance.

L’un de ses rejetons semble tout indiqué pour accomplir la funeste prophétie évoquée : il s’agit de Cal, un flingueur au moins aussi redoutable que son père, car lui tire à peu près sur tout ce qui bouge, de préférence avec la mythique mitrailleuse Gatling qu’il affectionne particulièrement, et avec laquelle il se verrait bien se débarrasser enfin de son père, qu’il déteste. Ce personnage sans foi ni loi est joué par l’acteur et chanteur Colson Baker, connu sous le pseudo de… Machine Gun Kelly. Plus sérieusement, le western de Tim Sutton enchaîne les scènes toutes plus sanglantes les unes que les autres jusqu’au duel final tant attendu entre le daron et son fiston, dans la grande tradition du genre. Quelques personnages tentent quand même de s’interposer entre eux, notamment la pauvre Anna (Heather Graham), la prostituée qui est aussi la mère de Cal et qui est mal barrée pour survivre entre ces deux-là. Son salut viendra peut-être de Solomon (Thomas Jane), le sheriff avec qui elle entretient une relation et qui cherche aussi à retrouver nos deux tueurs avant qu’il ne reste plus personne en vie, tandis que des chasseurs de prime sont aussi lancés à la poursuite de LeMay.

Le deuxième western de Sam Worthington

En résumé, pour son premier film du genre, le réalisateur américain a réuni tous les ingrédients d’un bon western contemporain, et il réussit l’exercice malgré un budget limité. Le chef opérateur David Gallego capte fort bien les décors naturels de l’Ouest américain, et la musique de Phil Mossman va toujours comme un gant au cinéma très viscéral de Tim Sutton. Le compositeur londonien était déjà à l’œuvre sur les deux derniers films du réalisateur, le revenge movie FUNNY FACE (2020) et surtout l’ultraviolent DONNYBROOK (2018), où Jamie Bell et Frank Grillo se battaient à mort dans un tournoi clandestin.

Si Tim Sutton débute dans le registre malheureusement tombé en désuétude du western, l’acteur Sam Worthington a déjà eu une expérience du genre avec son second rôle pour le très réussi DANS LE SILENCE DE L’OUEST (Daniel Barber, 2014), un rape and revenge qui préfigurait l’uppercut du génial mais controversé THE NIGHTINGALE (Jennifer Kent, 2018). Un peu plus de dix ans après son explosion dans les blockbusters AVATAR, TERMINATOR RENAISSANCE (McG, 2009) et LE CHOC DES TITANS (Louis Leterrier, 2010), l’acteur australien prouve de son côté avec THE LAST SON qu’il est toujours à l’aise dans la peau de personnages qui transpirent la virilité, même si c’est grâce au cinéma indépendant qu’il a aussi pu sortir de son image stéréotypée forgée par d’autres grosses productions pas toujours heureuses (euphémisme). Les fans d’AVATAR ont évidemment hâte de le retrouver dans la suite dont la sortie est normalement prévue l’année prochaine, mais en attendant, on ne boude pas notre plaisir de le voir bougonner dans sa barbe et défourailler à tout-va dans ce western qui était en compétition au dernier Festival du cinéma américain de Deauville.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram