General Magic : l’histoire de la start-up qui inventa l’iPhone... 20 ans trop tôt

Posté par Alexis Lebrun le 11 janvier 2022
Alors que le téléphone « révolutionnaire » d’Apple fête ses années son quinzième anniversaire, un documentaire passionnant revient en 90 minutes sur l’épopée un peu dingue de General Magic, l’entreprise de la Silicon Valley qui a eu l’idée visionnaire d’inventer le smartphone dès la fin des années 1980.
Vision prophétique

1984 est une date importantissime dans la légende d’Apple. Cette année-là, la firme de Cupertino rencontre un certain succès avec le lancement du Macintosh, et fait date dans l’histoire alors encore balbutiante de l’ordinateur personnel. Mais bien entendu, les talents d’Apple réfléchissent déjà à l’avenir, et l’un d’entre eux en a donné une vision extrêmement précise dans sa thèse soutenue à Stanford, où il crée le concept d’économie de l’information. Cet employé d’Apple, c’est Marc Porat, et comme il l’explique dans le documentaire de Matt Maude et Sarah Kerruish : il est revenu du futur. Rétrospectivement, difficile de lui donner tort : dès la fin des années 1980, il prophétise en effet ce que seront les grandes transformations des technologies du numérique, en imaginant que tout le monde sera bientôt accro à un appareil portable tactile capable tenir dans une poche et de faire un tas de choses, notamment de communiquer partout et tout le temps.

Mais Marc Porat ne se contente pas d’annoncer ce que seront les smartphones. Il imagine en réalité déjà la stratégie marketing d’Apple pour le futur iPhone en prédisant que la technologie en question sera un objet luxueux et design, assimilable au raffinement de la joaillerie. L’idée est tellement folle que même Apple n’ose pas la développer en interne : Marc Porat s’adjoint donc les services de deux anciens de l’équipe Mac (Andy Hertzfeld et Bill Atkinson) pour faire à John Sculley (PDG d’Apple à l’époque) une offre qu’il ne peut pas refuser : fonder une start-up indépendante dont Apple sera actionnaire, avec Sculley au conseil d’administration. Nous sommes en 1990, et General Magic est née.

Un développement complexe

Tout le monde veut alors travailler sur ce projet top secret qui doit être la nouvelle révolution technologique de la Silicon Valley, et les trois fondateurs de General Magic embarquent avec eux une poignée d’anciens d’Apple (dont Joanna Hoffman et Megan Smith) qui ne se font pas prier pour les suivre. Mais entre la vision pionnière de Marc Porat et la réalité des possibilités techniques d’alors, il existe un gouffre gigantesque que le documentaire ne manque pas de rappeler. À l’époque, le World Wide Web n’est pas encore accessible (il le sera en 1991), les ordinateurs et téléphones portables ne le sont pas tant que ça, et ni les SMS, ni le Wi-Fi n’ont encore été inventés, sans parler de la faiblesse des écrans tactiles d’alors… Pas de quoi effrayer les équipes de General Magic, qui travaillent dans les conditions peu orthodoxes qui ont fait la réputation de la Silicon Valley, avec notamment un lapin se promenant librement dans les bureaux, et qui inspire le logo de la firme.

À l’aide d’images filmées dans les locaux à l’époque, le documentaire nous montre aussi les réunions organisées « à la cool » et sans manager, avec tout le monde assis par terre. General Magic regorge de talents à la créativité débordante, qui imaginent tout un tas d’innovations aujourd’hui utilisées partout, comme les emojis, le cloud, un app store, un embryon de connexion USB et surtout un système d’exploitation mobile maison, Magic Cap, qui préfigure les OS des smartphones d’aujourd’hui. Mais le mieux est l’ennemi du bien, et General Magic se montre incapable de finaliser une première version de son produit. Alors que les gros poissons qui ont des parts dans l’entreprise (comme Sony et AT&T) s’impatientent, l’électrochoc va venir d’un concurrent improbable : Apple, qui annonce en 1992 le Newton, un PDA (assistant personnel) hors de prix qui fera un bide retentissant, conduisant au départ de John Sculley. General Magic n’a pas vraiment le temps de trop gamberger sur cette trahison de John Sculley, car il faut réagir vite, ce qui conduit les équipes à travailler nuit et jour sur place dans des conditions plus que discutables pour tenir la date de sortie prévue de leur produit.

Un échec relatif

C’est ainsi qu’en 1994, le premier PDA de General Magic est enfin commercialisé. Nommé Magic Link, il est fabriqué par Sony et souffre des mêmes défauts que le Newton d’Apple. Vendu au prix astronomique de 800 dollars de l’époque (soit plusieurs milliers de dollars d'aujourd’hui avec l’inflation), l’appareil a de l’ambition mais est trop limité par les technologies de l’époque, et il fait lui aussi un énorme flop dans le commerce. General Magic ne s’en remettra pas : après une introduction en bourse réussie en 1995, la firme s’effondre sur les marchés après l’échec du Magic Link, et Marc Porat doit quitter le navire en 1996 alors que la société se rapproche de la faillite. Mais si le produit de General Magic a été un échec cuisant, les idées novatrices de ses créateurs ont finalement été concrétisé ailleurs quelques années plus tard.

Le documentaire montre en effet que la plupart des têtes pensantes de la firme ont par la suite occupé des très hauts postes dans la fine fleur de la Silicon Valley, ce qui est le cas du très emblématique Tony Fadell, inventeur de l’iPod et cocréateur de l’iPhone chez Apple. On peut aussi citer Andy Rubin, fondateur d’Android, et Pierre Omidyar, créateur d’eBay, excusez du peu. Mais pour Marc Porat – dont le seul tort est d’avoir eu raison avant tout le monde – l’histoire fut évidemment cruelle et difficile à digérer. Il peut certes se dire aujourd’hui que sa vision du futur s’est réalisée en 2007 (année de sortie de l’iPhone) précisément comme il l’anticipait à la fin des années 1980, mais c’est une maigre consolation. Même si l’Histoire retiendra que l’explosion du smartphone a eu lieu après lui et avec d’autres, ce documentaire a au moins le mérite de rappeler que cette révolution n’est pas que l’œuvre d’une société ou d’une seule personne.

General Magic, un documentaire disponible sur CANAL+ Docs.