OFF THE RECORD, le film événement sur le pionnier Laurent Garnier

Posté par Alexis Lebrun le 29 novembre 2021
En 2017, alors qu’il fêtait ses 30 ans de carrière, le DJ français connu dans le monde entier a accepté pour la première fois de se prêter au jeu du documentaire. Mais OFF THE RECORD (2021) n’est pas qu’un portrait retraçant la vie incroyablement riche de Laurent Garnier : à travers le parcours de ce dernier, le film de Gabin Rivoire retrace de façon passionnante l’histoire de la musique électronique.
Un passeur avant tout

Ce qui frappe d’abord à la vision de ce documentaire, c’est la passion toujours intacte de Laurent Garnier pour la musique et les découvertes. Avant d’être un DJ, un producteur et un musicien, celui qui a aujourd’hui 55 ans et qui possède plus de 55 000 disques se considère en effet surtout comme un passeur qui partage la musique avec le public, notamment les enfants, comme on peut le voir dans une séquence émouvante en compagnie d’une classe.

Et pour cause : il passe encore ses journées à écouter des nouveautés dans des dizaines de styles différents, une curiosité qui continue d’impressionner certains témoins interviewés par le réalisateur Gabin Rivoire, comme Pedro Winter, le créateur du célèbre label Ed Banger Records.

Toujours entre deux avions

La vitalité de la passion qui anime Laurent Garnier se vérifie aussi quand il évoque son amour pour la culture des clubs – aujourd’hui sérieusement ébranlée par la crise sanitaire – qu’il continue d’arpenter pour mixer dans le monde entier avec le même enthousiasme qu’il y a trente ans. Car le documentaire revient évidemment sur ses débuts spectaculaires à la fin des années 1980, quand il s’est retrouvé du jour au lendemain aux platines du club mythique de Manchester, The Haçienda.

Au moment où la musique acid house explose au Royaume-Uni, voilà que ce gamin issu d’une famille de forains et qui se destinait à l’hôtellerie voit sa vie bouleversée en faisant l’expérience de la vie nocturne d’outre-Manche. Là-bas, il découvre que la musique électronique encore bourgeonnante se développe avec beaucoup plus de liberté qu’en France, où elle restera très longtemps victime de préjugés – dont certains persistent aujourd’hui sur les raves par exemple.

L’histoire de tout un genre en accéléré

Trente ans plus tard, les choses ont heureusement un peu évolué, et Laurent Garnier peut avoir la satisfaction de se dire qu’il n’y est pas pour rien. Sa persévérance a été plusieurs fois récompensée par les « institutions culturelles », puisqu’après sa Victoire de la musique en 1998, il a joué un concert mémorable dans la très prestigieuse Salle Pleyel en 2010, avant d’être décoré de la Légion d’Honneur en 2017 par Jack Lang, au cours d’une cérémonie touchante que l’on retrouve dans le film. Toute la force du documentaire de Gabin Rivoire vient d’ailleurs de sa capacité à mêler l’histoire personnelle de Laurent Garnier avec celle de la musique électronique dans son ensemble, pour présenter au grand public une vision globale de l’évolution de ce que l’on peut considérer comme le dernier grand genre musical à être né. Les archives personnelles de Laurent Garnier se mélangent avec les témoignages d’une palanquée de pionniers de la house et de la techno (Jeff Mills, Derrick May, Carl Cox…) qu’il connaît depuis des décennies, et qui remettent aussi en perspective ce mouvement avec certaines des grandes problématiques des dernières décennies, comme le racisme et le sida.

Il est impossible de résumer la richesse de ce film très dense, notamment parce que le réalisateur a suivi Laurent Garnier un peu partout (New York, Tokyo, Détroit, Londres…) pendant trois ans. Mais les émotions que le DJ aime transmettre via ses mix transparaissent aussi dans le film, du récit de sa découverte de Donna Summer à l'âge de 8 ans, à l’évocation du souvenir de l’arrivée triomphale de la première Techno Parade à Bastille en 1998. Une chose est certaine, les 2715 personnes ayant contribué à récolter plus de 150 000 euros pour le financement du film sur Kickstarter peuvent être remerciées chaleureusement. Avec sa bande-originale composée pour l’occasion par Laurent Garnier et sa réalisation très soignée, OFF THE RECORD n’est pas un documentaire comme les autres.

LAURENT GARNIER : OFF THE RECORD, un documentaire disponible le 29 novembre sur CANAL+ Docs.