Interview de Carollina Cherry : « Découvrez-moi, je vous donnerai beaucoup de plaisir... »

Elle a 28 ans, elle est coquine, brune, piquante et commence à devenir l'un des minois récurrents de la pornographie française. Il était important pour nous de connaître un peu plus en profondeur la personnalité de la belle Carollina Cherry. Entretien.
Posté par Thomas Ducres le 27 septembre 2022

Bonjour Carollina, comment en es-tu venue à la pornographie ?

On se cherchait beaucoup avec mon compagnon, et on a tenté le libertinage. De fil en aiguille, on a découvert le porno et on nous a proposé de faire une première vidéo. J'ai tout de suite adoré et j'ai continué sans vraiment plan de carrière. À la base, c'était vraiment pour le fun et le plaisir. C'est quelque chose qui nous a plu, du coup on a arrêté le libertinage. En plus, mon chéri est candauliste et on a trouvé un certain équilibre grâce à la pornographie.

Tu avais une autre trajectoire de carrière avant le X ?

J'étais cheffe de rang dans un restaurant gastronomique !

Il y a des points communs entre la gastronomie et la pornographie ?

La gourmandise... C'est meilleur quand c'est chaud aussi. Et puis, l'esprit d'équipe est important (rires). 

Tu as une spécialité pornographiquement parlant ? Quelque chose qui te démarque des autres actrices ?

En fait, je ne joue pas vraiment un rôle. Je suis naturelle, mentalement et physiquement, rien n'est refait dans mon corps. Je n'ai ni le physique ni l'allure d'une actrice porno, j'ai un côté très « girl next door ».

Tu es désormais une actrice qui bosse avec les prestigieux studios Dorcel. C'est une consécration ?

Pour moi, c'est magnifique. J'ai l'impression d'être une princesse. Quand j'ai commencé le porno, je voyais vraiment ces studios comme le top du top, quelque chose d'inaccessible parce que je ne me sentais pas à la hauteur physiquement. Je pensais être trop « naturelle » mais finalement, Anna Polina m'a donné ma chance dans son film SECONDE CHANCE (2022) et depuis, ça fait un an que je travaille avec eux et j'en suis très heureuse.

Tu viens de tourner dans CHLOÉ qui passe ce mois-ci sur CANAL +. Tu peux nous parler du tournage ?

C'était génial ! Il y avait une très bonne ambiance, Liza s'est vraiment bien occupée de nous. On a été logé dans un superbe château pendant une semaine et tout s'est super bien déroulé. Le tournage a été très « fluide », il n'y a pas eu de mauvaises surprises ou de contre-temps.

Liza Del Sierra a donc été la réalisatrice de ce film. Tu as senti un patte féminine derrière la caméra ?

Oui, elle est plus compréhensive envers les actrices et les acteurs. Avec son regard de femme, il y a plus de douceur et d'empathie. Liza est vraiment une femme extraordinaire, elle sait ce qu'elle veut, du coup on est très bien dirigé. Il n'y a pas eu d'hésitations ou de temps morts.

Quelles ont été tes scènes dans ce film ?

J'ai une scène de fellation avec Rico Simmons, et une scène de sexe avec Phil Hollyday.

Ça s'est bien passé avec Phil Hollyday ?

Oui, c'était super chaud ! Phil est un excellent acteur, que ce soit dans la comédie ou le hard. Il sait tout de suite nous mettre à l'aise, et avec lui, c'est le feeling qui parle. Liza nous a fait confiance et n'a pas scripté la scène. Du coup, on s'est laissé aller. Fellation, masturbation, pénétration, plusieurs positions.... Voilà quoi (rires)

 

Quel mot il faut te dire pour t'exciter ?

Ce sont les regards qui m'excitent plus que les mots. J'aime l'intensité dans les yeux et sentir que je suis désirée.

Qu'est-ce qu'il faut faire pour te donner du plaisir ?

Être entreprenant, sûr de soi, sans être dominant. Et aussi s'occuper de mon clitoris pendant la pénétration...

Tu as une position qui tu affectionnes particulièrement dans le privé ou en pro ?

Oui ! Alors il y a en a une que j'adore : c'est comme la position du missionnaire mais avec les genoux remontés vers les épaules. L'angle de pénétration est parfait et je peux avoir mon partenaire en face à face, c'est génial.

Qu'est-ce que tu dirais à quelqu'un qui veut se lancer dans cette carrière ?

De bien se renseigner et d'être bien entouré par les personnes qui bossent dans ce domaine. Et de ne pas s'imaginer que ce taf est aussi facile qu'il peut paraître. Ce n'est pas qu'une partie de jambes en l'air que l'on fait à la maison ! Il faut tenir le rythme de tournage et ce n'est pas toujours simple.

Un petit mot pour conclure cette interview ?

Continuez à me regarder et si vous ne me connaissez pas, découvrez-moi... je vous donnerai beaucoup de plaisir !

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos du Journal du Hard sont disponibles sur myCANAL

Suivez Le Journal du Hard sur :

Facebook

Twitter

Instagram