Becoming Elizabeth, la série sur l’autre reine d’Angleterre

Posté par Marc Larcher le 10 juin 2022
Alors qu’on vient de célébrer le Jubilé d’Elizabeth II, STARZPLAY diffuse une série inédite sur la jeune femme qui a régné d’une main de fer sur l’Angleterre du XVIe siècle, Elizabeth Tudor. Rangez le service à thé, les épées sont de sortie !
Une reine avant qu’elle soit reine

Nos excuses par avance aux fans d’Elizabeth II dont le peuple anglais vient de fêter les 70 ans de règne, la régente a bien eu une lointaine prédécesseure, et pas des moindres. Mieux, cette dernière a eu une vie tellement trépidante - entre trahisons et conflits géopolitiques majeurs - que celle dont on vient de fêter le jubilé pâlit presque en comparaison. C’est pourquoi l'arrivée de la nouvelle série Becoming Elizabeth sur STARZPLAY tombe à point nommé.

Une femme prête à faire la guerre

Attention, pour les fans de la monarchie britannique et pour les adeptes de séries historiques, il faut s’attendre à un véritable changement de décor et d’ambiance. Ici, point de corgis, de ballades en Land Rover et de dégustation de thé dans les salons. S’il est bien question de noblesse, il s’agit de celle qui manie le poignard, le poison et l’épée. Les spectateurs vont découvrir un étonnant biopic d’Elizabeth Tudor, femme qui a régné sur le royaume d'Angleterre pendant 44 ans à une époque où la violence n’était pas sans rappeler celle de Game of Thrones. Les huit épisodes de Becoming Elizabeth s’intéressent aux premières années, les plus formatrices, de sa vie d’adulte, et montrent comment après la mort d’Henri VII, fondateur de la dynastie des Tudors, son existence est devenue l’objet de rivalités sans fin entre différents clans et royaumes cherchant à se dominer les uns les autres.

Comme souvent avec les séries britanniques, le casting est composé d’acteurs méconnus de ce côté-ci de la Manche mais qui crèvent l’écran. Elizabeth Tudor est notamment incarnée par l’Allemande Alicia von Rittberg, vue dans un second rôle au sein de la série Genius (2017) avec le grand Geoffrey Rush. Face à elle, on retrouve Oliver Zetterström, glaçant dans le rôle du roi Edward VI. Au casting, sont également présents Jessica Raine (The Informer) dans le rôle de Catherine Parr, le séduisant Tom Cullen (Black Mirror) en Thomas Seymour, ainsi que John Heffernan que l'on a croisé dans The Crown pour incarner le duc de Somerset. Et si le souci du détail est si grand - on pense parfois à l’immense film Barry Lindon de Stanley Kubrick pour les scènes éclairées à la bougie -, c’est sans doute parce que cette série est l’œuvre d’Anya Reiss, jeune dramaturge surdouée de 30 ans dont les pièces sont jouées à Londres depuis près de dix ans. La dramaturgie est justement au cœur de la série quand, dès le premier épisode, Elizabeth est réveillée en pleine nuit par l’annonce du décès de son père, le roi. Dès lors, elle va se trouver au centre d’une succession de bouleversements politiques où l’ombre de la guerre va très vite se faire sentir. Seulement, la princesse n’a pas l’intention de laisser cette activité aux hommes, elle est prête à revêtir une armure et à empoigner une arbalète.

Le chaînon manquant entre Game of Thrones et The Crown

Il faut saluer ici le talent avec lequel les Anglais - parfois aidés de scénaristes et producteurs américains - parviennent ces dernières années à raconter au monde leur Histoire complexe dans les séries les plus envoûtantes. Mais aussi à faire de leurs personnages historiques des héros éminemment modernes. On pense bien sûr à The Crown, The Windsors, The White Queen mais aussi à des nobles de second rang comme dans Downtown Abbey et La Chronique des Bridgerton. Avec Becoming Elizabeth, c’est un nouveau chapitre qui s’ouvre, celui d’une femme qui va réussir à s’élever au-dessus des hommes dans un monde pourtant fait entièrement par et pour eux.

Becoming Elizabeth, à partir du 12 juin sur STARZPLAY, disponible avec CANAL+.