Gomorra s’achève en apothéose avec deux derniers épisodes irrespirables

Posté par Alexis Lebrun le 22 décembre 2021
Sept ans après son arrivée fracassante sur nos écrans en 2014, la série imaginée par Roberto Saviano a fait ses adieux à ses fans avec une conclusion musclée où le sang a coulé à flots. Forcément, on ne pouvait pas quitter Gomorra sans revenir sur ces deux épisodes avec notre traditionnel et dernier résumé hebdomadaire.
Episode 9 : Mistral perdant

Après leur assaut réussi contre les places de deal de Genna à la fin de l’épisode 8, les fidèles de Ciro sont complètement galvanisés et acclament leur leader presque comme s’il était la réincarnation de Jésus. Mais son alliée la plus importante, Nunzia, la veuve du Gentleman, n’est pas aussi facilement impressionnable : elle n’en peut plus d’attendre le moment où elle zigouillera Genna et ses proches pour se venger de la mort de son mari, mais Ciro temporise. Pendant ce temps, le roi Savastano qui a bien senti le vent tourner se prépare à laisser sa couronne et organise sa future fuite en bateau sous une nouvelle identité. Mais comme tout s’effondre autour de lui et qu’il ne peut plus se fier à personne, cette information cruciale fuite de tous les côtés, notamment chez son lieutenant Petit Moine, qui décide de retourner sa veste et de faire du chantage à l’autre lieutenant de Gennaro, le Mistral (voir l’épisode 8), pour le forcer à éliminer leur patron commun.

C’est sans compter sur les idées foireuses de l’homme à la désormais célèbre doudoune bleue, qui décide de faire comme sa femme dans l’épisode 7, c’est-à-dire aller trahir Genna chez Ciro en essayant cette fois de monnayer l’information clé qu’il vient d’apprendre de la part de Petit Moine. Mais encore une fois, les choses tournent mal : après avoir obtenu le renseignement qu’il désirait sur l’endroit où se trouve le fils de Gennaro, Ciro rappelle qu’il ne faut jamais lui faire confiance non plus, et fait sauter le caisson du Mistral sans cérémonie, tandis que sa femme (Lucià) est aussi poursuivie et abattue. Ciro n’a plus besoin d’eux : il a désormais Petit Moine à sa botte, et ce dernier lui permet de faire venir Azzurra en utilisant un prétexte, pour l’obliger à trahir et donc provoquer la mort de Gennaro si elle veut pouvoir fuir avec leur fils, Pietro. À contrecœur, Azzu accepte, ce qui donne une scène de fin d’épisode absolument déchirante.

Episode 10 : épilogue sanglant

Cette trahison s’opère de façon particulièrement cruelle dès le début de l’épisode final, où Azzu empoisonne le repas de Genna. Celui-ci n’est pas mort, mais il est conduit mal en point dans le repère de Ciro, où la veuve du Gentleman l’attend aussi de pied ferme. Mais l’heure de Gennaro n’est pas encore venue : il est d’abord humilié publiquement par son ancien mentor, qui l’oblige en quelque sorte à abdiquer devant tout ce que Secondigliano compte de malfrats et de dealers. D’abord déchu de sa couronne puis devenu prisonnier, Gennaro tombe de très haut : plus personne ne le respecte, et des petites frappes se permettent même de lui signifier explicitement qu’il n’est plus rien. C’est le cas de Petit Moine, qui pousse le bouchon un peu trop loin et disparaît en voyant son visage emplafonné dans une vitre de voiture par un Genna qu’il ne faut quand même pas trop titiller, sans que Ciro ne trouve à y redire. Après un long trajet en voiture presque cordial où les deux anciens frères d’armes ne sont pas loin de se remémorer le bon vieux temps, ils finissent par retrouver Pietro grâce aux indications du juge Ruggieri, lui aussi victime de chantage (voir l’épisode 8).

Vient alors le moment fatidique de l’ultime face-à-face – superbe – entre Gennaro et Ciro, mais L’Immortel ne peut se résoudre à tirer sur la famille de son ancien protégé. Dans une scène finale un peu folle, Genna se sacrifie pour permettre à Azzu et Pietro de fuir en bateau, pendant qu’il retient avec Ciro les hommes de Nunzia venus liquider tout le monde sur ordre de la matriarche, elle-même abattue entre temps par son ancien allié chauve, qui avait comme toujours un coup d’avance. C’est du moins ce que l’on croit jusqu’au tout dernier plan, où il s’avère finalement que comme Gennaro, Ciro est bien mortel. Les deux compères s’éteignent dans l’anonymat et côté à côte sur une plage sous les balles d’ennemis sans envergure, une fin quelconque parfaite pour illustrer la banalité du cycle de la violence de la mafia, dont Ciro et Gennaro n’étaient finalement que des protagonistes comme les autres. Une scène qui rappelle aussi étrangement celle qui venait magnifiquement conclure le film Gomorra (Matteo Garrone, 2008) dont la série est dérivée. La boucle est bouclée, addio Ciro, addio Gennaro.

Gomorra saisons 1 à 5, disponibles sur CANAL+.