Obi-Wan Kenobi : la série Star Wars la plus attendue de l’année arrive enfin

Posté par Alexis Lebrun le 24 mai 2022
Parce qu’elle est située entre les deux premières trilogies Star Wars et qu’elle marque le retour de deux des personnages les plus célèbres de l’histoire de la pop culture, Obi-Wan Kenobi est déjà bien plus qu’une série, et ce avant même ses débuts sur Disney+. C’est un événement culturel mondial quasiment comparable à la sortie des films de la prélogie de George Lucas.
« The rematch of the century »

La revanche du siècle. C’est ainsi que la productrice de Lucasfilm, Kathleen Kennedy, qualifie ce nouveau face-à-face d’Obi-Wan Kenobi avec son ancien apprenti devenu Dark Vador, et cette formule n’est même pas excessive. Oui, 17 ans après leur dernier affrontement épique sur la planète Mustafar dans Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith (George Lucas, 2005), Ewan McGregor et Hayden Christensen devraient à nouveau croiser le fer (ou plutôt le laser) dans une œuvre Star Wars, ce qui semblait encore impossible il y a peu. Cela faisait des années que les fans rêvaient de savoir ce qui arrive à Obi-Wan Kenobi entre les deux premières trilogies Star Wars, et leur vœu est sur le point d’être exaucé.

Mieux, en lieu et place du film initialement prévu, cette histoire va être racontée via une mini-série de six épisodes permettant de passer plus de temps avec les personnages. La série démarre dix ans après les événements dramatiques de La Revanche des Sith : Anakin Skywalker est devenu un Dark Vador surpuissant, les Jedi ont été décimés par l’Ordre 66, l’Empereur Palpatine règne sur la galaxie par la terreur, Yoda est en exil, Padmé est morte, et ses deux enfants sont cachés. L’un d’entre eux est bien sûr le petit Luke Skywalker, adopté sur Tatooine mais surveillé de près par Obi-Wan Kenobi.

L’arrivée des Inquisiteurs

Mais ce dernier est complètement déprimé (on le comprend) et contraint de vivre caché, car les terribles Inquisiteurs traquent les derniers Jedi afin de les faire disparaître définitivement de la galaxie. Ces personnages apparus pour la première fois dans la série d’animation Star Wars Rebels (2014-2018) sont placés directement sous les ordres de Dark Vador, qui obéit certes aux instructions de Dark Sidious, mais qui en fait évidemment une affaire très personnelle en raison de sa haine pour les Jedi et Obi-Wan en particulier. Les Inquisiteurs ne sont pas des Sith à proprement parler, mais cela ne les empêche pas de porter un sabre laser.

C’est le cas du Grand Inquisiteur (Rupert Friend de Homeland), dont le sabre rouge à double lame rappelle inévitablement l’arme inoubliable de Dark Maul dans Star Wars, épisode I : La Menace fantôme (George Lucas, 1999). Et la mauvaise nouvelle pour Obi-Wan, c’est que l’on compte encore au moins trois autres Inquisiteurs déterminés dans les trailers diffusés : Reva/La Troisième Sœur (Moses Ingram, nommée aux Emmy Awards pour son rôle de Jolene dans The Queen’s Gambit sur Netflix), la Quatrième Sœur (Rya Kihlstedt de Dexter) et le Cinquième Frère (Sung Kang de la saga Fast & Furious). Tout porte donc à croire que la série devrait logiquement avoir une tonalité très sombre, et on en s’en réjouit d’avance.

Un casting qui sent bon la prélogie

Mais ce pauvre Obi-Wan pourra heureusement quand même compter sur la présence d’Owen et Beru, le couple qui prend soin de Luke sur Tatooine. Les deux fermiers sont d’ailleurs incarnés par les mêmes interprètes que dans la prélogie, à savoir Bonnie Piesse et surtout Joel Edgerton, désormais habitué aux premiers rôles. Mais bien évidemment, outre le retour attendu d’Ewan McGregor – qui n’a pas pris une ride – dans le rôle principal, la série est un événement parce qu’elle signe le grand retour de Hayden Christensen, acteur dont la carrière a sérieusement périclité après le torrent de critiques reçues pour son interprétation d’Anakin Skywalker dans la prélogie de George Lucas. On avait du mal à imaginer le retour de Christensen dans l’univers Star Wars, mais il faut croire que l’accueil contrasté réservé à la nouvelle trilogie (2015-2019) a déclenché un élan de nostalgie pour les trois films de la prélogie (1999-2005), dont tout le monde connaît les limites voire les errements, mais qui font aujourd’hui figures de doudous générationnels pour quiconque a grandi au moment de leur sortie (on plaide coupable).

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le thème musical mythique Duel of the Fates – introduit pendant le combat avec Dark Maul dans l’épisode I – est présent dans la bande-annonce d’Obi-Wan Kenobi. Et puisque l’on parle de John Williams, c’est bien lui qui a composé le thème principal de la série, laissant le soin à Natalie Holt (compositrice de la musique géniale de Loki pour Marvel Studios) de s’occuper du reste de la bande-originale. Et si le scénario devra rassurer (d’abord écrit par Hossein Amini, il a été profondément modifié par Joby Harold), il y a de quoi être confiant s’agissant de la réalisation, puisque celle-ci a été confiée à Deborah Chow, réalisatrice qui a fait ses preuves sur deux épisodes de ce qui est aujourd’hui le mètre étalon de la série Star Wars, The Mandalorian (Disney+). On souhaite à Obi-Wan Kenobi de réussir à rivaliser avec.

 

Obi-Wan Kenobi, épisodes 1 à 6, à partir du 27 mai sur Disney+, disponible avec CANAL+.