The Bridge (POLAR+), 4 saisons pour (re)plonger dans la meilleure série scandinave

Posté par Marc Larcher le 22 juin 2022
Dès la première saison, The Bridge a prouvé que le duo de flics suédois et danois pouvait conquérir le monde entier. POLAR + va encore plus loin en proposant l’intégralité des quatre saisons.
Un phénomène mondial

Rarement une série aura autant marqué les esprits et réalisé ce que promettait son titre bien au-delà de son contenu. Car cette histoire de cadavre déposé sur un pont entre deux pays, le Danemark et la Suède, a littéralement fait le lien entre le monde des séries nordiques et celles anglo-saxonnes. En l’espace de quatre saisons que POLAR + a la bonne idée de diffuser en intégralité, The Bridge ou Bron en suédois et Broen en danois est devenu un phénomène.

Le meilleur pitch de toute l'histoire des séries ?

L’idée au centre de l’histoire est tout d’abord d’une efficacité redoutable : on retrouve un cadavre coupé en deux sur le pont de l’Oresund reliant Malmö, en Suède, et Copenhague, au Danemark, à l’exacte ligne de démarcation entre les deux pays. Dès lors les deux polices locales vont tenter de comprendre l’origine du crime, les motivations du serial killer (car il y aura d’autres meurtres) tout en apprenant à collaborer ensemble malgré les nombreuses différences de méthode, de procédure… Au bout de quelques minutes du premier épisode, on comprend que la création de Hans Rosenfeldt apporte une nouvelle preuve, s’il y en avait besoin de l’excellence du savoir-faire scandinave en matière de fictions policières. Construits comme un puzzle, les épisodes vont raconter la traque, par un binôme de policiers mal assortis, du redoutable tueur en série. Autre ingrédient clef, le charisme de ses deux personnages principaux (la Suédoise déterminée qui roule en Porsche 911 Sofia Helin et le Danois bougon Kim Bodnia), qui changent à jamais l’image traditionnelle du tandem d’enquêteurs de police. Cette intrigue aussi simple que géniale va provoquer un énorme buzz lors de sa diffusion sur les chaînes SVT1 et DR1 en 2011 et la série sera très vite vendue dans plus de cent trente pays à travers le monde, dont l’Allemagne, l’Angleterre, le Brésil, Israël ou encore l’Australie. CANAL+ et Sky s’en sont même inspirés pour réaliser le thriller franco-britannique Tunnel, avec Clémence Poésy, tandis qu’un remake réunissant Diane Kruger et l’acteur mexicain Demián Bichir (Savages) a été lancé aux États-Unis par FX sous le titre The Bridge. Le seul pilote a attiré plus de trois millions de téléspectateurs et treize nouveaux épisodes seront lancés en 2014. Côté Danemark et Suède, le format original a été prolongé par trois autres saisons où l’on retrouve avec plaisir ce mélange de noirceur et de suspense caractéristique des thrillers nordiques.

Une montée en puissance au fil des saisons

On ne saurait trop conseiller les trois saisons suivantes dont les scénarios sont tout aussi pervers. Notamment la deuxième lorsqu’un cargo volé échoue contre une pile du désormais fameux pont de l'Oresund, vide de tout équipage sauf cinq jeunes enchaînés dans la cale. Ces jeunes, trois Suédois et deux Danoises, ont été enlevés et volontairement infectés par une forme de... peste. A la saison suivante, une Danoise est retrouvée morte dans une mise en scène macabre dans un immeuble en construction à Malmö. Et pour la dernière, c’est l’apothéose : une femme qui avait refusé le visa de réfugié à un jeune Iranien homosexuel est retrouvée lapidée sous le pont. A chaque fois, le thriller s’empare d’un sujet plus politique qu’il n’y paraît et met en exergue les multiples défauts de la société nordique, pourtant parfaite en apparence. La formule fonctionne si bien que le changement d’acteur pour le rôle du policier danois dans la 3e saison passe comme une lettre à la poste.

The Bridge-Bron, en intégralité sur POLAR+, disponible avec CANAL+