Plus belge la vie, le retour !

Posté par Jean-Luc Brunet le 7 Novembre 2019
10 ans après avoir vous avoir invité à un voyage au coeur du cinéma belge, Pierre Zéni et les équipes de Ciné+ nous entraînent à nouveau au coeur du plat pays, pour des rencontres avec ceux qui font aujourd'hui ce cinéma. L’occasion de vous proposer A la demande, une programmation spéciale Belgique...

Dimanche 10 novembre 2019 – Ciné+ Emotion - 19H42 & 20H11 – Emissions disponibles A la demande sur myCANAL
PLUS BELGE LA VIE, LE RETOUR – Partie 1 – 0H29
•    Jérémie Rénier & Stephan Streker sur le tournage du 4e long métrage du réalisateur  ENFANT TERRIBLE 
•    Guillaume Senez (NOS BATAILLES, Vania Leturcq (L’ANNEE PROCHAINE) & Emmanuel Marre (LE FILM DE L’ETE), 3 réalisateurs représentants la nouvelle génération du cinéma belge & Patrick Quinet, producteur et créateur de la cérémonie des Magritte
•    Luc et Jean-Pierre Dardenne, à l’occasion des 20 ans de ROSETTA

PLUS BELGE LA VIE, LE RETOUR – Partie 2 – 0H35
•    Emilie Dequenne, retour sur sa carrière à l’occasion des 20 ans de ROSETTA
•    Fabrice du Welz (ADORATION) , Olivier Masset - Depasse (DUELLES), Xavier Zeron (JE ME TUE A LE DIRE), Louis Héliot (responsable de la programmation cinéma du Centre Wallonie Bruxelles) évoquent le film de genre belge
•    La réalisatrice Fien Troch (HOME) et Matthias Schoenaerts (NEVADA) à propos du cinéma flamand
•    Arnaud Demuynck (LE PARFUM DE LA CAROTTE) et Rémi Durin (GRAND LOUP PETIT LOUP), à propos du cinéma d’animation belge
 

A (re)voir A La Demande sur myCANAL

LES EMISSIONS

BORD CADRE – Le nouveau cinéma belge, 1 fois !

Depuis le début des années 90, le cinéma belge francophone s’affirme avec force, dans sa singularité et sa diversité extrême. TOTO LE HEROS (Jaco Van Dormael) en 1991, C’EST ARRIVE PRES DE CHEZ VOUS (Rémy Belvaux, Benoît Poelvoorde et Bruno Bonzel), en 1992, et LA PROMESSE (Luc et Jean-Pierre Dardenne), en 1996, frappent les trois coups d’une vitalité neuve. Sur la route entre Paris et les Ardennes, c’est ce que rappelle Louis Héliot, le conseiller cinéma du centre Wallonie-Bruxelles, passager du bus tout autant que guide précieux.

BORD CADRE – En passant par les Dardenne

Première étape : les frères Dardenne. Soit, Liège et sa région. C’est là qu’ils tournent. Là qu’à La Sauvenière,“leur” cinéma, ils accueillent l’équipe de Bord cadre

BORD CADRE – Un acteur français sur 2 est belge

Mirwart (on prononce miroir) pour parler des acteurs. C’est ici que vit Olivier Gourmet. A l’hôtel Beau Site où il est né et qu’il continue de tenir, en famille. Là aussi que Bouli Lanners, acteur et cinéaste, également présent, a écrit son dernier film, ELDORADO. Les (très) nombreux acteurs belges ont-ils une singularité et laquelle ? 

BORD CADRE – De la BD à la 3D

C’est à Flagey, siège du Wallonie Bruxelles Images, que Jaco Van Dormael, Benoît Mariage (LES CONVOYEURS ATTENDENT) et Fabrice Du Welz (VINYAN) rejoints par de nombreux acteurs et d’autres viennent refléter la vitalité du nouveau cinéma belge. Dernière étape : la BD. C’est au centre de la BD et à la Maison Autrique, villa Art nouveau où oeuvre le dessinateur François Schuiten, que les voyageurs du movie-bus enquêtent sur les rapports cinéma et BD. Patar et Aubier, les auteurs du film d’animation PANIQUE AU VILLAGE sont là pour leur répondre.

LES FILMS

I DON’T BELONG ANYWHERE, LE CINEMA DE CHANTAL AKERMAN, documentaire de Marianne Lambert -2015 – 1H07
Cinéaste expérimentale, Chantal Akerman nous fait remonter le fil de son parcours nomade, de Bruxelles à Tel-Aviv, de Paris à New York. Se confrontant à son public, elle analyse ici le sens de son existence comme de son œuvre, dont l’emblématique Jeanne Dielman, 23, quai du Commerce, 1080 Bruxelles. Avec sa monteuse, Claire Atherton, elle revient aux origines de son langage cinématographique pour tenter une définition de ses partis pris esthétiques, qui ont influencé bon nombre d’artistes.

TUEURS, Thriller de François Troukens et Jean-François Hensgens avec Olivier Gourmet, Lubna Azabal – 2017 – 1H26
Alors que Frank Valken réalise un casse fabuleux, un commando de tueurs entre en action et exécute tous les témoins. On relève parmi les cadavres celui de la magistrate qui enquête sur l’affaire des Tireurs fous. Trente ans plus tard, ils semblent être de retour. Arrêté en flagrant délit et face à la pression médiatique, Frank n’a d’autre choix que de s’évader pour tenter de prouver son innocence.

NOS BATAILLES, drame de Guillaume Senez avec Romain Duris, Laetitia Dosch, Laure Calamy – 2018 – 1H38
Olivier se démène au sein de son entreprise pour combattre les injustices. Mais du jour au lendemain quand Laura, sa femme, quitte le domicile, il lui faut concilier éducation des enfants, vie de famille et activité professionnelle. Face à ses nouvelles responsabilités, il bataille pour trouver un nouvel équilibre, car Laura ne revient pas.
 

AU DELA DES MOTS : LE CINEMA DE JOACHIM LAFOSSE, documentaire de Luc Jabon – 2017 – 1H02
Au-delà des mots, le cinéma de Joachim Lafosse, sixième épisode de la collection Cinéastes d’aujourd’hui, nous emmène dans l’odyssée filmographique de ce cinéaste d’à peine 40 ans. En une soixantaine de minutes, Luc Jabon nous fait partager l’univers cinématographique de celui qui fut son élève en scénario à l’IAD, école de cinéma. Un homme, somme toute, qui raconte les hommes. Car ce que Joachim cherche sans cesse à percer, c’est l’humain, avec ses faiblesses, sa violence, sa fragilité, mais aussi son désir de rassembler, de pacifier. Pour mieux approcher la complexité du cinéaste ainsi que celle de son œuvre (7 films de fiction en moins de 15 ans), Luc Jabon a mis en situation quelques-uns de celles et ceux qui accompagnent ce trajet hors du commun.

ROSETTA, drame de Luc et Jean-Pierre Dardenne  avec Emilie Dequenne, Fabrizio Rongione – 1999 – 1H30
Rosetta mène tous les jours une guerre sans relâche. Une guerre pour trouver du travail, une place qu'elle perd, qu'elle retrouve, qu'on lui prend, qu'elle reprend, obsédée par la peur de disparaitre, par la honte d'être une déplacée. Elle voudrait une vie "normale" comme eux, parmi eux.

L’ENFANT, drame de Luc et Jean-Pierre Dardenne  avec Jérémie Rénier, Deborah François – 2004 – 1H35
Bruno, 20 ans, et Sonia, 18 ans, vivent de l'allocation perçue par la jeune fille et des larcins commis par le garçon et sa bande. Sonia vient de donner naissance à Jimmy, leur enfant. L'insouciant Bruno doit alors apprendre à devenir père, lui qui jusqu'alors ne se préoccupait que de l'instant présent.
 

LES COWBOYS ET LES INDIENS, LE CINEMA DE PATAR ET AUBIER, documentaire de Fabrice du Welz – 2018 – 1H08
Au départ, il y avait André, le mauvais cheval. Et Pic Pic, le cochon magique. Un jour, sur les bancs de la Cambre, Stéphane Aubier rencontre Vincent Patar. Ou le contraire. Et cette rencontre sera le point de départ d’une longue aventure et une histoire d’amitié de plus de trente ans. Des cowboys et des indiens, le cinéma de Patar et Aubier raconte Stéphane et Vincent, mais aussi le collectif qui gravite autour du duo. Un collectif qui a créé une marque de fabrique et un humour singulier. Fabrice du Welz signe un portait intimiste du tandem et retrace l’histoire de leur cinéma, de Panique au Village à "Ernest et Célestine". Car ce collectif n’est pas composé que de collègues. Les journées sont rythmées par un horaire de travail bien précis, à la limite administratif, mais les soirées, elles, sont allumées. Et on se retrouve dans les salles de concerts pour boire des coups, entre potes.
Dans ce septième titre de la collection Cinéastes d’aujourd’hui, co-écrit par Luc Jabon, il y a de la bière et de la bienveillance. Du gros son et de l’amitié. Une tendresse toute sincère et une coiffure banane. Des héros profondément dada, punks, sincères, féroces. Et le récit d’un groupe, aux aventures aussi dingues que celles de leurs personnages et aux esprits aussi louches que leurs répliques. Car l’ensemble de cette tribu a une part de responsabilité dans les films de Patar et Aubier : ils sont un peu tous, quelque part, des cowboys et des indiens.

A PERDRE LA RAISON, drame de Joachim Lafosse avec Niels Arestrup, Tahar Rahim – 2012 – 1H51
Murielle et Mounir s’aiment passionnément. Depuis son enfance, le jeune homme vit chez le Docteur Pinget, qui lui assure une vie matérielle aisée. Quand Mounir et Murielle décident de se marier et d’avoir des enfants, la dépendance du couple envers le médecin devient excessive. Murielle se retrouve alors enfermée dans un climat affectif irrespirable, ce qui mène insidieusement la famille vers une issue tragique.
 

BULLHEAD, drame de Michaël R. Roskam avec Matthias Schoenaerts, Jeroen Perceval – 2012 – 2H09 
Jacky est issu d'une importante famille d'agriculteurs et d'engraisseurs du sud du Limbourg. A 33 ans, il apparaît comme un être renfermé et imprévisible, parfois violent… Grâce à sa collaboration avec un vétérinaire corrompu, Jacky s’est forgé une belle place dans le milieu de la mafia des hormones. Alors qu’il est en passe de conclure un marché exclusif avec le plus puissant des trafiquants d'hormones de Flandre occidentale, un agent fédéral est assassiné. C’est le branle-bas de combat parmi les policiers. Les choses se compliquent pour Jacky et tandis que l’étau se resserre autour de lui, tout son passé, et ses lourds secrets, ressurgissent…

ALABAMA MONROE, drame De Felix Van Groeningen avec Johan Heldenbergh, Veerle Baetens, Nell Cattrysse – 2013 – 1H49
Didier et Élise vivent une histoire d'amour passionnée et rythmée par la musique. Lui, joue du banjo dans un groupe de Bluegrass Country et vénère l'Amérique. Elle, tient un salon de tatouage et chante dans le groupe de Didier. De leur union fusionnelle naît une fille, Maybelle...

Sans oublier les courts métrages : UNE TOILE D’ARAIGNEE, COMPLICES, LOCKDOWN, CRAZY SHEEP, LE PLOMBIER, VIHTA