Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Batum dans les pas de Noah

Posté par George Eddy le 3 décembre 2020

Un français remplace l'autre chez les Clippers car Nicolas Batum arrive quand Joakim Noah part à la retraite.  Coéquipiers en Equipe de France, les deux hommes ont des similitudes mais aussi des grosses différences en commençant par leur formation.  Batum a été formé au Mans et dans les EDF des jeunes tandis que Jooks a grandi sur le bitume de Harlem et dans le système scolaire US.  Les deux ont des origines camerounaises et Noah se vante d'en avoir 4 nationalités.  Leur meilleur moment ensemble sur le terrain était, sans aucun doute, la médaille d'argent remportée en 2011 à l'Eurobasket.  Cette équipe avec cinq joueurs NBA performants-on ajoute TP, Boris Diaw et Kevin Seraphin- a été une des sélections la plus forte de l'histoire.  Le rendez-vous manqué des JO de Londres à cause de la mauvaise gestion d'une horrible entorse de la cheville de Joakim en play-offs laisse encore des regrets aujourd'hui !  J'en veux encore à Tom Thibodeau d'avoir remis Noah sur le terrain après cette vilaine blessure même si Jo a plaidé pour rejouer.

     Mon premier souvenir de Jooks est sur le plateau de "Georgia" lors des JO d'Atlanta en 96.  Il avait 11 ans et il participait avec son pere à une interview de Shaquille O'Neal à coté de Charles Bietry et votre serviteur.  Ses yeux brillaient mais son gabarit chétif ne laissait absolument pas présager qu'il allait jouer contre Shaq 11 ans plus tard dans la grande ligue ! A travers les années, je croisais souvent le chemin de Jooks, notamment à Coubertin ou il était entrainé individuellement par Kenny Atkinson pendant ses vacances en France.  Il refusait de m'appeler George, c'était toujours "Mister Eddy", à l'américaine...  Normal, car il etait beaucoup plus américain que français.  Il se disait surtout un homme du monde avec peu d'attaches nationalistes.  Sa carrière universitaire dans la même fac que moi mais 20 ans plus tard, me rapprochait de lui et sa carriere NBA exemplaire faisait de lui un de nos chouchous à partir de 2007.  Quel hargne et sens de sacrifice pour le groupe, quel défenseur féroce, quel passeur en poste haut !  Il osait même tenir tête à LeBron James quand le King célébrait un peu trop ses victoires sur les Bulls!  DPOY et All-Star malgré un manque flagrant de technique au shoot, Noah a fait une carrière passionnante mais atypique jusqu'au moment que son corps l'a lâché.  Iconoclaste pour toujours, je suis curieux de voir comment va dérouler la suite de sa vie, car, comme son père, Jo est beaucoup plus qu'un simple sportif de haut niveau.  

     A 31 ans, Nic Batum est encore loin de la retraite(ASVEL devrait attendre...) même si beaucoup de mauvaises langues l'ont déjà enterré !  Comme Boris Diaw aux Spurs, Nico a une belle opportunité tardive d'être champion NBA avec les Clippers qui étaient déjà favoris pour le titre la saison dernière !  Batman est enfin libéré de son contrat mastodonte avec Charlotte et Michael Jordan, un fardeau insupportable pour un homme sensible et altruiste qui se rendait compte de ne pas être à la hauteur des énormes(et irréalistes) attentes placées en lui.  Chez les Clippers, il devrait s'épanouir (paradoxalement) avec un contrat minimum, car il sera entouré de gros scoreurs qui ont besoin d'être alimentés.  Ça leur fera du bien d'avoir au moins un jouer qui veut faire prioritairement des passes !  Comme LAC utilise beaucoup le "load management", Batum aura du temps de jeu derriere Kawhi et Paul George et je ne serais pas surpris de le voir à coté d'eux dans un 5 small ball qui finit les matches.  Nic s'est remis en forme physique sérieusement pour la première fois depuis longtemps car il sait que c'est peut-être sa dernière chance dans la NBA.  Comme Noah, c'est un garçon que je suis depuis les cadets au Mans et que j'apprécie énormément. On se souviendra éternellement de sa Coupe du Monde en Espagne en 2014! Je crois dans sa renaissance s'il arrive à s'enlever le frein à main comme je crois dans une retraite fructueuse pour Joakim.  Bon vent, les gars!