Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Au bout des doigts, itinéraire d'un talent caché

Posté par Rosario Ligammari le 25 février 2020
Le génie est niché partout : il suffit d'avoir de l’œil. Dans le film Au bout des doigts réalisé par Ludovic Bernard, il s'agirait en l'occurrence d'avoir de l'oreille puisqu'il est question d'un petit délinquant dont le génie en piano ne demande qu'à s'affirmer...
La musique comme échappatoire

Si la musique adoucit les mœurs, elle peut faire office d'évasion pour qui l'écoute, mais elle peut aussi bien constituer une « porte de sortie » chez qui a un don dans ce domaine. Il suffit de voir Straight Outta Compton (F Gary Gray, 2015) qui retrace le parcours d'un groupe de rap – et pas n'importe lequel puisqu'il s'agit de NWA – à avoir connu une ascension incroyable du ghetto à la gloire. Dans un registre tout autre, La Famille Bélier (Eric Lartigau, 2014) raconte la success story de Paula (interprétée par Louane), une jeune fille dont toute la famille est sourde et qui a un grand talent en chant, talent repéré par son professeur de musique.

Au bout des doigts (Ludovic Bernard, 2018) concilierait en quelque sorte les deux films : d'un côté, la jonction entre la musique et la banlieue défavorisée et, de l'autre, le feel good movie musical.

Les dénicheurs de talents musicaux

Les « doigts » du titre sont ceux de Mathieu Malinski (Jules Benchetrit), un jeune banlieusard qui commet des petits délits et qui aime la musique classique. Mais cela représente un « plaisir coupable » : il garde cette passion pour lui. Jusqu'à ce que le directeur du Conservatoire Pierre Geithner (Lambert Wilson) croise sa route, et décèle en lui du génie en tant que pianiste. Et celui-ci d'insister pour le faire travailler avec un professeur de piano, l'exigeante « La Comtesse », incarné par Kristin Scott-Thomas.

Quand un professeur détecte du potentiel artistique chez son élève, cela donne des histoires de relations intenses comme – pour le citer à nouveau – dans La Famille Bélier : parfois, ledit professeur dépasse son « rôle », comme si le destin de la jeune fille était en ses mains. Quand la quête de l'excellence devient une obsession au-delà du raisonnable, les choses peuvent parfois mal tourner, comme dans Whiplash (Damien Chazelle, 2014) ou L'Audition (Ina Weisse, 2019).

Les rapports tendus entre professeurs et élèves

Avant de réaliser l'immense succès La La Land (2017), Damien Chazelle s'était déjà fait une place dans le cinéma musical avec Whiplash. Le film raconte la relation entre un batteur en herbe et son professeur draconien, ce dernier étant capable de l'élever très haut comme de l'anéantir. Sorti il y a quelques mois, L'Audition serait une sorte de Whiplash « au féminin » ou comment une professeure de violon pousse son poulain très loin, trop loin.

Comme nous le disions, Au bout des doigts se voit davantage comme un feel good movie. Au bout des doigts, le génie ; et derrière la tête de ceux qui croient en lui, de l'équilibre et de la bienveillance, principalement. On connaît l'adage : qui va piano, va sano, qui va sano va lontano.

Au bout des doigts, disponible dès le 03/03 sur CANAL+

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur CANAL+

Suivez CANAL+ Cinéma  sur :

Facebook

Twitter

Instagram