Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Bon anniversaire Paris !

Posté par Pierre Ménès le 12 août 2020

C’était hier le cinquantième anniversaire de la création du Paris-Saint-Germain, une belle date pour jouer un quart de finale de Ligue des Champions. Le match a été fou, à défaut d’être de bonne qualité et Paris a su montrer du caractère dans le money time pour s’imposer. Ce match aurait pu être très différent si Neymar avait remporté son face-à-face avec Sportiello en début de rencontre, mais le Brésilien s’est trompé entre plat du pied et piqué. Maintenant, il faut aussi voir que sur l’action, il part de son camp. En fait, Neymar a tout bien fait dans ce match, sauf le dernier geste. 

Il a mis les défenseurs de Bergame au supplice, les obligeant à accumuler les fautes sur lui, tout en ratant des choses qui ne sont pas de son niveau. Mais à l’arrivée, c’est lui qui donne le ballon à Marquinhos sur l’égalisation et c’est encore lui qui décale Mbappé sur le but victorieux de Choupo-Moting. « Ney » a donc répondu présent et on ne peut pas en dire autant de pas mal de ses coéquipiers. Et c’est là qu’on voit l’importance d’avoir pu faire cinq changements, ce qui a permis à Tuchel de tout changer. Parce que franchement, l’entraîneur allemand s’était clairement trompé avec son milieu de terrain.

Jusqu’à son but, Marquinhos a été très déficient au milieu, Herrera est quand même très léger à ce niveau et Gueye sait travailler et récupérer des ballons mais pas créer du jeu. Dans ce domaine, Verratti a cruellement manqué. Un autre qui a cruellement manqué pendant près d’une heure, c’est Mbappé. On a vu la différence quand il est entré, avec toute la crainte qu’il inspirait à la défense de l’Atalanta, qui avait déjà du mal à contrôler la vitesse de Neymar et qui en a eu encore plus avec celle de l’attaquant français, qui a offert le but de la qualif’ à Choupo-Moting, l’invité surprise de ce quart de finale. 

Rien ne sera jamais simple avec ce club…

On sait que l’attaquant camerounais ne va pas être prolongé mais lui, contrairement à d’autres - suivez mon regard - a décidé de terminer l’aventure avec son club, ce qui soit dit en passant me semble être la moindre des choses, surtout quand on n’a signé nulle part. Maintenant, cela n’a pas été un grand match du PSG, on a senti une différence au niveau du pressing entre l’équipe de Gasperini et celle de Tuchel, même si le PSG a eu le ballon 60% du temps. N’oublions pas non plus que ce n’était que le troisième match officiel du PSG…

Alors je sais déjà ce qu’on va dire demain. Que Paris a eu de la chance, que Paris a fait un mauvais match… Et que ce n’était que Bergame. Parce qu’évidemment, avant le match l’Atalanta était un monstre qui terrorisait l’Europe, mais après ce n’était que Bergame. Enfin bon, c’est le lot de la défiance permanente et absolue qu’inspire ce club, qui est quand même en demi-finale de la Ligue des Champions. En face, les Italiens peuvent nourrir des regrets. Ils ont été très impressionnants en première période au niveau du pressing, beaucoup moins en seconde où ils ont reculé et accusé la fatigue. Cette équipe possède de très bon joueurs, à commencer par le capitaine Gomez, toujours bien placé et remarquable dans la passe et sur coups de pied arrêtés, dont la sortie sur blessure a pesé. Car s’il y a bien un secteur où l’Atalanta a dominé le PSG, c’est dans le domaine aérien, offensif comme défensif.

L’essentiel est fait. Maintenant, Navas est-il blessé ? Thiago Silva est-il blessé ? De toute façon, rien ne sera jamais simple avec ce club… Mais bon, on sait que sur le prochain match Mbappé débutera et que Di Maria sera de retour. Et c’est une bonne nouvelle car l’Argentin a manqué lui aussi. N’en déplaise à beaucoup, cette qualification est une bonne nouvelle pour le foot français. Espérons qu’une autre viendra samedi avec l’OL…

Pierrot